Shinigami


 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Naissance d'une Ombre (Darth - Aion)

Aller en bas 
AuteurMessage
Darthorigin
Admin
avatar

Messages : 457
Réputation : 1
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 62
Localisation : Entre nulle part et ailleurs...

MessageSujet: La Naissance d'une Ombre (Darth - Aion)   Sam 5 Juin - 21:45

Mon nom est Darthorigin.
Je suis un Daeva Assassin et voici mon histoire...

Ma vie commence évidemment par ma naissance à Pandaemonium.
Je n'ai jamais connu mon père, il avait disparu de la maison bien avant que je n'aperçoive la lumière du jour que nous reflète Elysea sur notre belle Asmodée.
Ma mère dut donc m'élever seul. Pour subvenir à nos besoins, elle devait vendre son corps, mais elle veillait toujours à mon bonheur.
Elle me répétait tout le temps avec son immense sourire "Tout ira bien.".
Vers mes 4ans, ma mère tomba enceinte d'une petite sœur prénommé Reia, tout comme moi, nous ne sûmes jamais qui était son père.
Les années passées et je voulais aider ma mère, devenir "l'homme" de la maison, pouvoir subvenir aux besoins de ma mère et ma sœur pour pouvoir les voir sourirent chaque jour qu'Aion fait.
Pour parvenir à mes objectifs, je ne voyais qu'un seul moyen, le vol.

Je réunis les jeunes voleurs pour qu'on puisse s'organiser, les conflits stupides de territoires et les chamailleries incessantes ne pouvaient que nous gêner.
L'idée fut dure à faire accepter et même si je n'étais pas le meilleur des chapardeurs, je fus choisi comme chef grâce au fait que j'eus réussi à tous les unir.
Nous somme vite devenu influent dans la ville, pour les autorités nous n'existions pas mais pour ceux qui avaient besoin d'info, d'un objet ou alors juste de faire suivre quelqu'un, nous étions là.
Bien sûr nos services n'étaient pas gratuits et cela permettrait de subvenir aux besoins de chacun.

Mais un jour tout changea, ce jour ce fut celui de la mort de ma mère.
J'avais 8ans et je me souviendrais toujours des derniers instants de sa vie.
Je venais juste de lui promettre de veiller sur Réai au prix de ma propre vie.
Elle nous dit ces derniers mots, ces mots qu'elle nous répétait tout le temps avec son grand sourire, ce sourire qui me manque tant, ces mots qui résonneront toujours en moi "Je vous aime, tout ira bien..."
La milice de Pandaemonium nous chassa de notre maison, nous disant que ce quartier allé être rasé.

Nous venions de tout perdre, notre mère, notre chez nous, tout.... Non, pas tout, il me restait Reia, je devais la protéger et tout faire pour qu'elle soit heureuse.
Je récupérais toutes nos affaires, heureusement, nous n'avions pas grands chose.
Je continuai mes activités tout en veillant sur ma sœur, nous vécûmes dans la rue durant une année.
Puis un jour le patron de l'Apellbine, Jeckrow, nous prit en pitié et nous accorda à vivre avec lui dans sa taverne si nous travaillions pour lui.

À partir de ce jour, Jeckrow devint une sorte de père d'adoption pour nous… 
Nous devinrent donc les employés de l'Apellbine.

Reia qui était encore jeune faisait une adorable serveuse que les clients adorés et moi je continuai mes activités tout en faisant de la pub pour cette taverne qui était encore jeune.
Mais la vie à l'auberge me fit découvrir un marché encore plus rentable que le vol et revente d'objet, celui du marché de l'information.
Aucun des clients ne remarquai le jeune serveur qui venait leurs servir leurs commande et ils parlaient donc librement.
Chaque phrase prononcée dans cette auberge devenait une information que je pouvais revendre au plus offrant.
Nous vivions comme une vraie famille, Réai, Jack et moi.
Tout allais bien, comme nous l'avais prédit notre mère.
Tout allait bien...

Mais un tel bonheur ne pouvait durer indéfiniment.

Tout cela s'arrêta alors que j'avais 12ans, je me souviens encore parfaitement de ce jour.
Il était tôt dans l'après-midi, je me trouvé derrière le bar avec Jeck quand, soudain, j'entendis Reia hurlé, ce cris me glaça le sang.
Sans rien comprendre à la situation, je me vis sauté par-dessus le bar puis courir vers la provenance des cris.
Je vis Reia coincé dans un coin de la grande salle par un archon qui tenté d'abuser d'elle.
Je croisai le regard de ma petite sœur affolé et en pleure, elle me cria "Darth ! Sauve-moi !".

Je repris ma course et attrapa la dague d'un des clients au passage.
Je montai sur la table et continua ma course puis sauta pour augmenter la puissance du coup que je voulais assener.
Mon coup toucha son épaule mais malgré sa blessure, il ne réagit même pas, l'alcool devait l'anesthésier.
Pensant à ma sœur, je n'arrivais même plus à me contrôler.
J’attrapais l'archon par les cheveux et le bascula en arrière puis lui trancha la gorge d'un seul coup.

Reia se tenait devant moi, toujours en train de pleurer, je la pris dans mes bras et pensa à ce qu'aurais fait notre mère pour la calmer et la réponse me parut évidente.
Je la regardai dans les yeux avec un grand et lui dis "Tout ira bien."
Elle me regarda et me sourit puis s'évanouit, l'émotion eu tout de même raison d'elle.

Sans me soucier de ce qui venait de se passer, j’emmenai ma petite sœur jusque dans son lit.
À mon retour j’allai rendre son arme à l'homme à qui je l'avais emprunté en m'excusant de cet acte.
À ma grande surprise l'individu me félicita et me dit avoir été impressionné mais alors qu'il allait se présenter à moi la milice arriva...

La milice se dirigea vers moi et m'embarqua sans rien dire, durant cette nuit-là je fus embarqué, accusé, jugé, condamné et emprisonné.
La peine était de 10ans d'emprisonnement pour meurtre sur un archon.

Heureusement, je fus libéré au bout d'une semaine en cellule.

Ma stupéfaction fut totale quand en plus de Reia et Jeck, je vis l'homme à la dague.
Pendant que je serais ma petite sœur dans mes bras, elle me dit que c'était grâce à cet homme que j'avais été libéré.
Après cette accolade qui me ravit au plus haut point, je me dirigeai vers mon sauveur pour le remercier mais surtout pour savoir pourquoi.
Il me répondit que tout me serais réveillé si je lui offrais un coup à boire, partîmes donc en direction de l'Apellbine.

Je fus étonné de voir à quel point ce mystérieux individu était populaire, surtout au près des filles, même Reia était collée contre lui avec un grand sourire.
La voir autant heureuse me fit chaud au cœur et un sourire apparu sur mon visage.
Nous arrivâmes à la taverne et j’allai directement lui tirer une bière de Reshanta, la meilleure bière en tout Atreia, même les Elyséens l'aimait, c'est pour dire.
Sa chope servit et la première gorgée bu, nous commençâmes notre jeu de questions-réponses...

"[Darth] : Qui êtes-vous ?

[Homme] : *sourit*
Je me prénomme David, Daeva Assassin.

[Darth] : Et pourquoi m'avez-vous aidé ?
*regarde le Daeva avec un air suspect*
Rien ne vous y obliger, un Daeva tel que vous doit surement avoir beaucoup à faire.
Si vous espérez une récompense, désolé mais je n'ai rien à vous offrir.

[David] : *rit*
Non, ne t'inquiète pas, je ne suis pas à l'affut d'une récompense.
Et c'est justement car je suis un Daeva que je t'ai aidé.
*sérieux*
En devenant Daeva j'ai juré de protéger les humains, les humains tels que toi, enfin, pas totalement comme toi...
Et comme je te l'ai déjà dit, tu m'as vraiment impressionné.

[Darth] : *surpris*
Comment ça pas comme moi ?
Et en quoi vous ais-je impressionné, ce que j'ai fait, n'importe qui aurait pu le faire.

[David] : *passionné*
Tu as réussi à tuer avec une arme Divine sans éprouver la moindre difficulté avant même que moi, je ne puisse tenter quoi que ce soit.
C'est en ça que tu m'as impressionné.
Et en ce qui te concerne, j'aimerais te proposer quelque chose...."

"[David] : J'aimerais te proposer quelque chose, j'aimerais que tu deviennes mon apprenti.
Tu deviendrais éclaireur, et qui sait, avec un peu de chance, tu deviendras un Daeva.
Mais d'après ce que j'ai vu, tu devrais pouvoir y arriver, sans trop de problèmes.
Alors qu'en penses-tu ?

[Darth] : Je ne sais pas, je ne peux abandonnez ma sœur et Jeck.
Et puis, je suis juste un gamin des rues, je n'ai aucune formation pour ce genre de job.

[David] : Tu ne partiras pas définitivement, la formation durera 1an puis tu passeras un examen.
*passionné*
Pour ce qui est de la "formation" nécessaire, un éclaireur voulant devenir assassin doit maitriser trois points.
La rapidité, ça je l'ai constaté par moi-même.
La discrétion, ça tes anciens "collègues" m'ont affirmés que tu étais doué à l'escamotage.
Et le dernier, la débrouillardise, pour ce point j'ai parlé à ta sœur qui m'as parlé de ta vie et d'après ce qu'elle m’a dit, tu sais très bien te débrouillé.
*rire*
Donc être un enfant des rues est plutôt un bon point, tu ne trouves pas ?
Ah et la paye est assez bonne et tu seras mon apprenti, donc aucune autre autorité que moi-même
*sourire arrogant*
Alors t'en pense quoi ? Je dois partir demain matin, si tu choisi de suivre, rejoins moi au Temple d'Or à 10h."

Cette nuit-là, je ne pus dormir. Je ne savais que faire.
Partir avec le Daeva, visiter le monde et ne pas voir ma sœur durant 1an, ou, alors resté ici, avec ma famille mais prendre le risque de toujours rester ici.

Durant la nuit, j'eus la visite de Jeckrow, il me dit que même si je partais, cette taverne serait toujours ma maison et qu'il prendrait soin de Reia comme de sa propre fille.
Il rajouta que si je voulais lui envoyer un pourcentage de ma paye pour continuer à la vie de l'auberge, cela ne le gênait absolument pas.

Puis ce fut au tour de Reia de passer me voir. Elle me dit que ce Daeva était envoyé par maman pour me récompenser de tout ce que j'avais fait.
Elle voulait que je le suive et ainsi quand elle me reverra, je serais moi aussi un Daeva.
Elle avait compris que je serais absent pendant une longue et m'avait offert son mouchoir, pour qu'on soit toujours ensemble.
Pour ma part, je le lui offris mon anneau et lui dit qu'il contenait une part de moi et que si elle faisait attention, elle m'entendrait lui parler.
Je l’ai prise dans mes bras et commença à pleurer, sentant ma tristesse coulait sur elle, elle me regarda dans les yeux et me dit avec un immense un sourire "Tout ira bien !"
Mais il n'y avait pas que sa voix que j'avais entendu, celle de ma mère aussi, comme si, toute les deux voulait que je y aille avec le sourire.
Elle me demanda pour rester dormir avec moi comme avant une dernière fois.

Mon choix était fait et un voyage m'attendait...

Et voilà, mon voyage allait commencer.

Je ne pris rien avec moi, non, c'est faux.
Je pris le déjeuner que m'avait préparé Reia.

Le jour du départ était venu, mon périple commençait par la route jusqu'au Temple d'Or pour rejoindre le Daeva Assassin, David.
Quand j’arrivai, il discutait avec deux femmes.
Une qui devait avoir son âge et une qui avait sensiblement le même que moi.
De là où j'étais, je ne pouvais entendre ce de quoi ils parlaient.
Je décidais donc de m'essayer à mon nouveau job dès maintenant.
L'opération ne fut pas simple mais je réussi à me faufiler derrière le comptoir d'entrepôt vide non loin d'eux sans me faire remarquer, enfin c'est ce que je croyais.
Je commençai à les écouter avec intérêt.

"[David] : ...donc on fait comme prévu. Toi et ton apprenti nous rejoigne à Altgard ce soir où nous retrouverons Zehirman.
*la cloche de 10h sonna*

[Femme1] : Ça me va. Mais en parlant d'apprenti, le tient est en retard.
Pour un assassin, le timing est essentiel. Tu devrais lui apprendre au plus vite.
*David se met à rire*

[Femme1] : Qu'est ce qui t'amuse comme ça ?

[David] : Ce qui me fait rire ?
C'est ton erreur, mon éclaireur est arrivé à l'heure, cela fait 4min qu'il nous espionne cacher derrière le comptoir."

Étant découvert, je sorti de ma cachette avec un léger sourire de vainqueur que je tentai de dissimuler.

"[Darth] : *se frottant le crâne*
Eh bien... Bonjour !
Je me prénomme Darthorigin mais vous vous pouvez m'appeler Darth.
Enchanté !

[David] : Félicitation, jeune éclaireur.
Bon travail pour un début.
Je savais faire le bon choix.
*David se fait une séance d'autocongratulation*

[Femme1] : Ainsi, c'est toi que David a choisi ? Pas trop mauvais.
Pour ma part, je me dénomme Asuna.
Je suis une Daeva sorcière et voici mon apprenti magicienne, Evy.

[Evy] : *fait un grand sourire*
Bonjour !

[David] : Tient, j'ai une idée...

[Asuna] *le coupant*
... tien, j'ai peur.

[David] : Ah ! Ah! Très drôle...
Mais si nous faisions la course avec nos apprentis ?
Les derniers arrivés à la taverne d'Altgard paye le repas.
Qu'en penses-tu Asuna ?

[Asuna] : *se prend la tête dans les mains*
Toujours autant puéril...

[David] : C’est pour ça que tu m'aimais tant.
*David utilise sa technique "sourire charmeur"*

[Asuna] : Bon Ok ! Mais on à intérêt à gagner, je n’ai rien sur moi.

[David] : Nous sommes des Daeva expérimenté, donc vous avez un handicap alors pour rééquilibrer on vous laisse 3Omin d'avance.

[Darth] : *avec un ton des plus serein*
Préparez vos Kinah. Nous serons à la taverne avant même que vous n'ayez quittés ce temple."

Et voilà, mon périple commencé...  
La course venait de débuter.

David était bien trop confiant et ne me connaissait pas encore assez bien pour savoir que j'avais dans mes relations, Dolman, le téléporter officiel de Pandaemonium.
Il devait penser que ne passerions par l'embarcadère et mettrions ainsi une bonne heure, et donc ça demi-heure n'aurais été nullement utile.
J’expliquai la situation à Evy qui approuva mon plan avec un grand sourire.

Nous partirent donc en direction de Vifrost, sur le trajet nous croisâmes le chef de la garde Heimdall.
Il m'offrit deux de ces dagues en souvenirs du temps passé ensemble et des infos que je lui avais fournis pour qu'il puisse arrêter certains suspects.
Je l'en remercie et lui promit une pinte de bière à l'Apellbine dès mon retour, il accepta mon offre et reprit son chemin avec un dernier salut de la main.
Après ce léger interlude, nous nous mirent à courir en direction de Damon, le téléporteur.
Il accepta de nous envoyer à Altgard gratuitement et nous fûmes arrivés avant même d'avoir le temps de nous en rendre compte.

C'était ma deuxième visite à la forteresse d'Altgard, la cité gelé.
Nous allâmes directement à l'auberge pour nous assurer la victoire.
Arriver à l'intérieur, nous commandâmes deux bières.

Je ne savais rien d’Evy, la magicienne avec qui j'avais couru main dans la main et une discussion commença naturellement.
Pour qu'elle soit plus en confiance, je commençai.
Quand j'eus finis mon récit, elle me sourit et me dit "À mon tour !" et elle entama le sien.

J'appris que son enfance ne fut pas simple.
Ses parent avaient perdu peu de temps avant sa naissance, un fils et qu'elle aurait dû subir le même sort.
Elle avait quelques problèmes pour marcher et c'est pour cela qu'elle avait voulu que je lui tienne la main.
Elle avait subi beaucoup de moquerie durant son enfance à cause de cela et elle avait eu du mal à s'intégrer.
Elle avait fui l'humanité pour la lecture et ainsi ne pas souffrir de la solitude.
En peu de temps elle maitrisa la magie élémentaire enseignée dans les manuscrits et fut remarquée par beaucoup.
Ce qui avant se moquai aujourd'hui l'admirer.
Elle avait longtemps fait semblant d'aimer cela mais ne le supportait plus.
Asuna l'avait prise comme apprenti deux mois auparavant, il ne lui restait donc que 10mois de formation.

Nous finirent nos bières et nous jurâmes de toujours nous soutenir quoi qu'il arrive.
Elle décida de sceller ce pacte par un baiser.
Mon cerveau "buga" quelques instants, et je pris une gorgée de bière. Je l’observai et la trouva vraiment jolie avec son grand sourire.

Au moment où nous eûmes finit nos bières, nos deux maîtres arrivèrent.
David était stupéfait par notre victoire, et Asuna, quant à elle, était plié de rire en voyant l'expression de David...  
1 mois passa et je m'améliorais de jours en jours.

J'avais commencé avec Evy, une relation magnifique, on se voyait dès que nos emplois du temps (surchargé) nous le permettaient.
Un jour elle m'annonça qu'Asuna et elle allaient partir pour Morheim pour "intensifier" sa formation.
Le jour venu nous restâmes ensemble aussi longtemps que possible en se promettant de se retrouver le plus tôt possible, nous conclûmes cette promesse comme les autres par un baiser.
Je la regardai partir puis revint à l'auberge où David m'attendait.

Il m’apprit que nous partions nous aussi mais pour Brushtonin, une région qui m'était encore inconnu.
Il me donna rendez-vous là-bas à l'aube.
Comme toujours, tout étais prétexte pour me tester et cela ne me déplaisait pas car j'adoré lui prouver que j'étais le meilleur.

Première tâche, récolter des infos sur le lieux, donc Brushtonin "Autrefois le grenier à blé d'Asmodée, c'est aujourd'hui une terre infertile envahie par les morts vivant."
Maintenant savoir comment s'y rendre, j'appris que c'était une île, il me faudrait dont trouver une embarcation qui puisse m'y conduire le plus rapidement possible.
L'embarcation ne fut pas complexe à trouver, Altgard était remplie de pécheur et donc de bateaux.

Je me mis donc en route pour une île remplit de zombie, la joie...




Et ainsi se passa le deuxième mois.

Je passais une bonne partie de mon temps à l'auberge à boire de la Guilinness, une bière venant directement de Mluej, LA fameuse bière qui chatouille sous les bras (ma favorite).

Ce mois fut long mais assez sympathique, le massacre de cadavre ambulant et l'infiltration du camp Elyséen était mon lot quotidien.
Honnêtement, cela ne me déplaisait pas, j'essayais pendant ce mois de trouver qui étaient les plus malins entre chair morte et Elyséens et franchement, je cherche toujours.
Toutes les occasions étaient bonnes pour faire que ces deux clans s'affrontent à cause de moi, les faires tombés dans une embuscade étaient des plus amusants.

Et cerise sur le gâteau, j'avais parfois le temps de voir Evy.
À chacun de nos rendez-vous, je me sentais plus confiant, plus fort, être avec elle était pour moi la meilleure chose qui soit, je ne ferai rien d'autre même pour tout l'or du monde.

David état vraiment un excellent maîtres, une sorte de grand-frère.
Le type sympa mais qui vous laisse vous demerder seul, tout du moins, tant que vous n'êtes pas en danger de mort en me répétant cette phrase :
"Quand tu seras Daeva, tu seras seule.".

C'est aussi pendant ce mois que j'appris l'usage des plantes et autres composant utilisé dans la fabrication d'onguent, enduis et autres poison.
D'ailleurs encore aujourd'hui quand je me soigne, j'entends toujours ces mots résonner en moi :
"Si tu deviens Assassin, tu devras être capable de te soigner et te défendre, voire parfois, attaqué en territoire ennemie.".

Ce mois fut long mais extrêmement bon... 
Septième mois, la moitié de ma formation était maintenant passé.

D'après David, j'étais en très bonne voie, il était sûr de ma réussite et cela me donnait confiance en moi.
Contrairement à Evy qui elle son épreuve se rapprochait à grand pas.

Nous étions de nouveau réunis dans la même région, Beluslan, lieux dont les informations étaient peu encourageantes
"Région désolée, à peine vivable pour les humains (qu'elle joie d'être un humain...), elle est composée de vaste plaines et de montagnes élevées."
Ce qu'ils omettent de vous dire, c'est que la température y est glaciale.

Nous avions loué deux chambres, une pour David et Asuna et l'autre pour moi et Evy.

Durant cette période, mes journées étaient dédiées à l'infiltration et l'espionnage.
Mes cibles étaient les lépharistes qui avaient installés une forteresse dans la région.
J'avais pour mission de me renseigner avec le plus de détails possible sur leurs activités et leur but dans ce lieu si inapproprié à la vie.

Une mission longue et complexe en vue... 
Et voici qu'un jour, mon dixième mois fut finis.

Cette fin de mois annoncée l'épreuve pour Evy. Elles étaient parties, elle et Asuna, en pleine tempête de neige sous la protection d'un Daeva du feu pour la cité gelée de Kurgnalfsberg.
Ce fut toutes les informations que je pus obtenir de David et n'en su jamais plus, même pas au retour d'Evy.

Retour que j'appris par Asuna en espionnant une de ces conversations avec David, un mois et demi après son départ.
J'appris donc qu'elles étaient revenu deux semaine au par avant.

Mais alors, une question s'imposer dans mon esprit,
Pourquoi n'était-elle pas venue me voir ?
Avait-elle eu des problèmes sur la route ?
Le fait qu'Asuna soit là, rendait cette hypothèse peu probable.
Ses autorités supérieures l'avait-elle fait mander ?
Mais dans ce cas pourquoi Asuna n'en parlait pas à David ?

Trop de question et pas assez de réponse, en plus de cela mon épreuve approché à grand pas.
Il ne me restait plus que six semaines pour devenir un vrai Assassin et espéré obtenir le rand de Daeva.
Je ne savais même pas en quoi consistait ma propre épreuve.

Tellement de questions, si peu de réponses... 
Douzième et dernier mois, une époque allait bientôt se terminer.

Le dernier chapitre de ma formation allait bientôt avoir un point final.
Alors que ce rapprochait l'épreuve, je me rappelais chaque jour de cette année de formation avec David.

Je me souvenais de chaque moment, aussi bien les bons que les moins bons, toutes mes joies et mes tristesses.
Mon premier jour et ma rencontre avec Evy,
Les parties de cache-cache en territoire Sprigg,
Le jour où je me suis fait tabasser par un groupe de Mau (3côtes fêlés, 2os brisés et un sacré paquet d'entailles et bleu).

Tous ces souvenirs sont ancrés dans mon cœur, mon corps, mon esprit et maintenant ici, dans ce journal.

A deux semaines de l'épreuve, Evy revint dans ma vie.
Malgré mon insistance, elle refusa de me dire quoi que ce soit sur son mois et demie d'absence.
Tout ce que je sus c'est qu'elle était une Daeva et qu'elle ferait tout pour que nous soyons à jamais ensemble.
Ce à quoi je répondu "De toute façon, on est obligé. On s'est fait une promesse scellée par un baiser !" avec un grand sourire.
J'eu pour réponse un baiser des plus passionné.

À ce moment-là, je n'avais plus le droit d'échouer, Evy était de retour à mes côtés et elle me soutenait.
Je repris l'entrainement de plus belle.

Mes journées étaient épuisante mais mes nuits aux côtés d'Evy étaient des plus douces... 
Le dernier jour était venu, la dernière ligne droite avant l'épreuve.

À la fin de cette journée je m'endormirai pour la dernière fois en tant qu'éclaireur.
Mais ce jour-là, pas d'entrainement, repos et détente était mes maîtres mots.

Je parti avec Evy pour Altgard, je ne savais pas combien de temps allez durer notre séparation, je m’assurai donc que cette journée soit parfaite.

Nous commençâmes par déjeuner au bord du lac longeant la cité,
S’en suivit une bataille de boule de neige (où je me fis ratatiner, en même temps, contre une demoiselle qui maitrise les éléments...),
Construction d'un Ely des neiges (qui se fit trancher la tête et transpercer de boules de feu)
ainsi que d'autres jeux que cette journée hivernale nous inspira.

Quand notre Elyséen des neiges (ce qu'il en restait) eu finit de fondre, nous partîmes pour l'auberge pour nous réchauffer, et aussi, ou plutôt, surtout pour nous souvenir.
Nous nous sommes installés exactement à la même place, où, un an jours pour jours, nous avions échangé nos histoires, une promesse et bien sûr un baiser, notre premier baiser.

Cette fois ci, nous étions les bras de l'autre à nous remémorer cette année.
La journée se finissait et nous dûmes partirent, arrivé au seuil de la porte, nous jetâmes un dernier coup d'œil sur cette auberge, puis l'un sur l'autre.

Je souris et lui dit "Je t'aime !".
Elle m'embrassa d'un baiser long et emplie de tristesse qui mettait un point finale à toute une époque de ma vie... 
Un an, un an déjà avais passé.
Un an depuis le fameux archon et le Daeva mystérieux.
Un an depuis mon emprisonnement éclair.
Un an depuis mon départ.
Mais surtout un an depuis ma rencontre avec Evy.
Un an de joie et de déception.
Un an...

Cette nuit-là, je ne pus dormir.
Je ne sais si c'était le test, ou alors les souvenirs qui s'entrechoquaient en moi, ou bien même le repas du soir qui ne passait pas. Mais je ne me sentais pas dans mon assiette.
Avant de rejoindre Morphée, Evy avait tout tenté pour me rassurer, mais malgré tous ses efforts, ça n'allai pas mieux.
David était passé en coup de vent me dire avec son grand sourire que tout irait bien et que je ne devais pas stresser.
Sans que je le remarque, il avait déposé une lettre sur la table de chevet, une façon pour lui de me dire "C'est moi le meilleur !".
Cette lettre venait de Pandaemonium, mais, je ne devrais pas dire une lettre mais plutôt une enveloppe, car cette enveloppe contenait plusieurs lettres.
L'une d'entre elle venait de Jeck, une autre de Reia et une dernière était composé de message écrit par tous ceux qui me soutenait.
Si cela ne gêne personne, je vais en citer quelques passages (Et puis même si ça vous gêne, c'est mon autobiographie).
Celle de Jeck fut la première que je lu :

Citation :
"Alors, comment va bonhomme ?

Ça fait un bail depuis la dernière fois, hein ?
Un an déjà...
J'ai vraiment hâte de te voir rentrer, c'est dommage que tout échange soit proscrit, j'en ai de bien bonne à te raconter.

Je vais essayer de te faire un résumer, comme ça tu ne seras pas trop déboussolé à ton retour.
Donc ici, tout le monde va bien, moi, Reia et Malfaisante.
Tu dois te demander qui est malfaisante, j'imagine. Et bien c'est un jeune orphelin comme toi, je l'ai recruté deux mois après ton départ.
Elle doit avoir quatre mois de moins que toi mais elle est mignonne est tient mieux un plateau remplit que toi. J'y gagne au change ! (je rigole)
Je suis sûr que tu l'as trouverai à ton gout, à moins que tu n'es déjà trouvé quelqu'un ?
Reia s'entend bien avec elle, on dirait presque deux sœurs.

Les affaires vont à merveilles grâce à toi.
Au fait merci pour tout ce que tu as envoyé, je ne savais pas que la solde d'un éclaireur était si élevé.
Mais en plus de cela, beaucoup d monde veulent voir le lieu où tu as tué cet enfoiré.
Donc ça attire du monde, qui boivent et mangent et qui parle de nous à leurs amis.
Comme quoi, même quand tu ne le veux pas tu nous attire du monde.

Au fait, nous avons eu la visite d'une certaine Thiafti.
Elle nous a parlé de toi, ça nous a fait plaisir de savoir que tu allais bien et que ta formation se terminait.
C'est d'ailleurs grâce à elle que tu reçois cette lettre, remercie la pour nous.

Allez courage bonhomme !
On t'attend tous ici !"

Jeckrow

La seconde fut celle où je pus lire tous ces petits messages que mes amis m'avaient écrits, en voici quelque uns :

Citation :
"Eh, gamin ! Alors comme çà on finit sa formation ?
Oublie pas que tu m'as promis une bière, en tout cas, moi je l'ai pas oublié."

Heimdall

Citation :
"Alors ta course ? Tu l'as gagné ?
J'espère que tu as eu plus de chance que quand tu paris contre moi."

Ulut

Citation :
"Dis donc beau-gosse, c'est quoi c'est manière ? On donne plus de nouvelle à sa dépressive adoré ?
J'espère que tu vas bien et que tu deviens pas un boulet optimiste."

Limpaksi

Citation :
"Coucou Chef !
Juste un mot de la bande pour que vous nous oublier pas.
On est tous avec vous, vous allez tout trasher comme vous dite !"

Vos sergents

Citation :
"Salut l'aventurier en herbe.
Je suis sûr que tout va bien pour toi, comme toujours.
Ah et à ton retour, ramène moi un jus d'Odella, Ok ? Merci."

Doman

Citation :
"Dis-moi petit brigand, c'est toi qui m'as chipé mes onguents ?
Si c'est toi, je vais te tirer les oreilles à ton retour.
En tout cas bon courage."
Maochinicherk

Citation :
"Hey Darth ! Comment tu vas ?
Moi ça va super ! J'ai été prise pour ma formation. Je vais pouvoir faire des ailes pour Daeva.
Merci de m'avoir soutenue, je te ferais tes ailes, Ok ?"

Huran

Citation :
"Alors petit, comme ça tu vas devenir Daeva ?
Eh ben bravo ! Moi qui te prenais pour un simple gamin des rues.
Passe me voir à l'occasion."

Kvasir

Citation :
"Yo ! Alors la forme ?
J'ai écrit une chanson pour ton retour, j'espère qu'elle te plaira."

Agamo

Citation :
"Coucou tombeur, toujours en vadrouille ?
Rappel toi que tu me dois une visite guidé d'Altgard."

Hiyask

Il y en a encore beaucoup d'autre, mais certains sont un peu trop personnels pour que je les écrive ici.

Et finalement, celle de ma chère petite sœur, Reia.
Celle-ci me tient réellement à cœur.
Un an que je ne luis avais pas parlé, j'avais peur qu'elle ne m'ait oublié, qu’elle ne m’en veuille.
Voici ce qu'elle m'a écrit :

Citation :
"Coucou mon grand-frère ! Comment tu vas ?

J'espère que tu ne t'attire pas trop d'ennui.
Tu me manque beaucoup très fort !
Malfaisante m'aide à écrire pour que je fasse pas de faute, en tout cas pas trop.
Elle est très gentille et je peux tout lui dire.
Ici tout va bien, y a plein de gens qui viennent voir à la taverne pour voir là où tu as tué le gros méchant.
Jeck est content parce qu'ils mangent et boivent beaucoup.
Moi je m'améliore en cuisine grâce à Malfaisante, elle est super doué, maintenant on peut manger sans se casser une dent.

Ça fais un an que t'es parti mais tu vas bientôt revenir, hein ?
J'ai hâte ! En plus j'ai beaucoup beaucoup grandi.
Dis ! Tu me raconteras tout ce que t'as fait ?
J'ai très envie de te revoir donc tu reviens vite et tu fais attention !
Et comme maman disais : Tout ira bien !

Je t'aime Darth, tu me manque beaucoup très fort.
Dépêche-toi de devenir Daeva truc et reviens.
Tu me manque.

Ta petite sœur adorée !"

J'ai pleuré en lisant cette lettre, et je n'ai aucunement honte de l'avouer.
Une lettre de ma petite sœur me disant que je lui manqué.
Je m'en voulais de ne pas être à ses côtés, mais je ne pouvais rien y changer.
Je devais tout faire pour qu'elle soit fière de moi, je devais réussi l'épreuve, non pour la gloire, mais pour elle.
C'était elle qui m'avait donné le courage de partir, et c'était encore elle qui me donné le courage de finir tout ça.
Je l'écrit ici : Merci Reia !
Je n'aurais jamais assez d'encre ni de papier pour te dire à quel point tu m'es indispensable.
Je l'écris car toi seul sais derrière le beau parleur se cache un grand timide. (Si tu le dis à quelqu'un, cours vite, très vite)
Oui petite sœur ! Je vais devenir un Daeva truc et je rentre à la maison.
Je te rapporterais des cadeaux et je te raconterais tout.
Tout sur tout... 
Tout finissait et tout commençait aujourd'hui.

L'échec n'était même pas une option, pas après tout le mal que je m'étais donné.
Et pour tous ceux qui comptaient sur moi, je me devais de réussir cette épreuve, quel qu'elle soit.

Je partis avec David aux aurores.
Contrairement à Evy et Asuna, nous n'avions aucune escorter pour traverser la tempête de neige, dur est la vie de l'assassin.
Mais bon, avec David, j'étais habitué à pire.
Nous sommes donc partit pour un lieu m'étant tenu secret où je recevrai un ordre secret pour mon examen secret, original, n'est-il pas ?

Je fus surpris de nous voir arriver au camp de Kurngalfsberg et le fut d'autant plus quand je reconnu le Grand prêtre Balder.
David me dit que c'est lui qui allait me donner l'ordre de mission.
Le Grand prêtre m'informa que l'un de ses disciple c'était laissé corrompre par les lépharistes.
Ma mission était simple, l'éliminer avant que sa trahison soit totale et qu'il ne parle.
Un assassinant pour un assassin...
Pour une épreuve aussi importante je m'attendais à plus originale mais bon je n'allais pas me plaindre. Cela aurait été mal vu.
Et puis, j'avais une petite idée derrière la tête, un Daeva, enfin, futur Daeva qui tue un disciple du Grand prêtre, c'est mal vu.
Tandis qu'un léphariste qui assassine un honorable disciple prévue comme futur Grand prêtre, c'est moins encombrant dans un CV.

Je connaissais parfaitement le campement lépharistes, je venais de passer X mois à l'infiltrer et l'exfiltrer.
Je connaissais par cœur coins et recoins, je savais où cachais un corps, où trouver des armes, et ou me cacher.
Mais ce plan entrainait de gros risque, le risque que ma cible ne m'échappe, qu'elle ne parle ou bien même qu'elle ne me tue.
Mais bon c'est les risques du métier, alors autant faire ça bien.

Il me fallait m'équiper léger, il me restait 3h avant l'arrivée de la cible au campement ennemi.
Sur place je devrais m'infiltrer près de l'armurerie, pour pouvoir "emprunter" une tenue plus adapté.

Mon plan plus au moins préparé, je devais m'équiper.
Je ne pris pas grand-chose : du poison de scolopen, de la poudre d'Odella, de quoi faire un bandage et des conides rotes pour la route.
Mes dagues dans le dos et mon barda équipé, il ne me restait plus que 2h dont une de voyage.

Je souris à David, sourire qu'il me rendit en criant : "Tu vas y arriver !" suivi d'un "Fais lui bouffer ses yeux !"
Et c'est sur ce dernier conseil de mon instructeur adoré que je pris la route. 
Routes et chemins m'étaient proscrit, les lépharistes y épiés tout mouvement.
Pour ma propre sécurité, il me fallait passer par la neige et encore la neige.

Tout ce blanc, c'était déprimant, même pas une trainée de sang rouge pour apporter un peu de vie au tableau.
Et puis pour un type toujours vêtu de noir, bien que ça fasse très classe, ce n’était pas top pour le camouflage.
Mais bon, aucun lépahriste ne mettraient les pieds dans ce coin, il y faisait bien trop froid.
Ah, ce froid qui ma glaçait le sang mais qui me permettait de m'approcher rapidement et discrètement de mon objectif.

Mis à part les deux, trois karnifs qui me permirent de ne pas m'endormir, mon trajet fut des plus chia... calme, très calme, trop calme.
Il est vrai que je n'aurais été contre croiser quelques patrouilles mais comme je l'ai déjà dit, il faisait bien trop froid.

Je n'eus aucun mal, une fois arrivé, à trouver l'armurerie, après toutes les missions faites dans ce camp, je commençais à bien le connaitre.
Malheureusement pour moi, il n'y avait rien qui m'aurait permis de me déguiser. Il me fallut donc improviser...
Malheureusement pour eux, l'idée que je retins fut la plus simple, s'ils portaient tous leurs équipements, il me fallait faire d'eux des exhibitionnistes forcés.
Je devais faire ça discrètement et proprement, leur tenue devait rester impeccable.

Je décidais donc de mener mon assaut contre une jeune recrue, je m’approchai silencieusement, puis, un coup net transperçant la nuque.
Mais, cette idiot n'était pas assis, c'était un nain, dommage pour ces collègues, il allait me falloir en tuer un autre.
Je dû attendre 20minutes avant qu'un troisième (oui, le second été trop gros) se présente. Mauvais endroit, mauvais moment, pour lui bien sûr. Par pur bonheur, il était propre, pas une goutte de sueur.

Il ne me restait plus qu'une 1/2heure avant l'arrivée de ma cible, je devais m'assurer durant ce laps de temps que tout était comme prévu.
Les corps avaient disparu (pensez toujours à nourrir vos karnifs, toujours...), mon équipement était opérationnel et leur "haie d'honneur" m'indiquer par où arriverait le disciple.
Je décidais d'utiliser la technique signature d'un assassin léphariste très connu dans les environs.
Les "signatures" sont des marques laissés par les assassins pour prouver que c'est bien eux qui avaient accompli le contrat.
La sienne était de faire une entaille en forme de X dans le bas du dos.
Ma cible arriva seul, sans aucune escorte, il était du genre confiant, dommage pour lui, tant mieux pour moi...
Les léphariste l'acclamer, se rapprocher de lui était donc aisé. En quelques pas je me retrouvai derrière lui entouré de léphariste criant son nom.
Sans perdre de temps je lui tranchai la gorge et fis la croix. Nous étions tellement serrés que le corps n'avait pas bougé d'un pouce.
Je me laissais dépasser et regardais ma mission s'accomplir.
Je partis sans hâte, après tout, rien ne me désignait comme le tueur. Fuir n'aurait fait qu'attirer l'attention sur moi.
Au moment de la relève, je proposai au garde de prendre sa place pour qu'il puisse profiter de la fête avec les autres. Il accepta sans même se poser de questions.
Pour ma part, ça me laisser la sortie libre.

Après une dernière heure de marche je me retrouvais devant le campement que j'avais quitté quelques heures auparavant.
Je décidais de rentrer discrètement, pour renforcer le côté "classe" de mon arrivé.
J'aperçu David et le Grand-prêtre assis avec le regard en direction de l'entrée. Ils devaient surement attendre mon retour.
Je décidais d'arriver derrière eux et m'assoir entre eux, voir combien de temps ils mettraient pour me voir.
Après 10min à attendre je leur fis par de ma présence. Le Grand-prêtre sursauta tellement que j'ai craint pour sa vie. (Enfin pour la mienne s'il nous faisait une crise cardiaque)
Je leur racontai le déroulement de ma mission et leur fit part de ma réussite.
David me félicita, nous avons discuté ensemble pendant 5min après quoi un garde vint nous chercher pour mon intronisation.

J'entrais dans une grande tente où se trouvaient David, les deux maitres éclaireurs : Thiafti et Sygyn, le Grand-prêtre Balder, ses disciple (ceux encore en vie) ainsi que des gardes.
J'approchais du Grand-prêtre qui me demanda de m'agenouiller. Il nous récita un long discours dont je ne me souviens pas.
À la fin, je jurai de protéger Asmodée de tous ces ennemis, qu'ils s'agissent, d'Elyséens, de Balaurs ou bien même d'Asmodiens.
Quand j'en finis mon serment, je sentis une énergie immense traverser mon corps, ainsi qu'une grande douleur dans mon dos.
Puis plus rien, mis à part une impression de légèreté, comme si je ne touchais plus terre.
L'explication à cela été simple, je volais... 
J'étais donc enfin devenu un véritable Daeva. Moi, Darthorigin, j'étais passé du simple gosse de rue au rang de Daeva.

Je me rappelle avoir passé la soirée à boire avec David. On en a raconté des conneries durant cette nuit.
Le lendemain, je suis retourné auprès d'Evy, je lui dis que je devais rentrer chez moi et que j'apprécierais qu'elle m'accompagne.
Cette demande lui fit peur, elle refusa catégoriquement m'annonçant que rencontrer ma famille l'effrayée puis partit en courant.
J'ai voulu la rattraper mais fut stoppé net dans ma course par un mur de glaces. Le temps que je mis à m'en défaire, elle avait disparue.
La forteresse gelée de Beluslan est grande, Beluslan est très grand.
Ne sachant pas où chercher et mon départ approchant, je décidais de lui écrire une lettre. Cette missive lui expliquait que je devais tenir ma promesse et retourner auprès de ma sœur, je lui indiquais l'emplacement de l'Apellbine ainsi que l'horaire de mon départ.
Je transmis l'enveloppe à Asuna en lui confiant l'importance qu'elle avait en lui demandant de se dépêcher.

Ne voyant pas Evy revenir, je pris mon sac et partit pour l'embarcadère.
Mon voyage dura une bonne heure. Arrivé à Pandaemonium, j'eu un petit pincement au cœur de voir l'endroit où j'avais grandi transformé en embarcadère.
Mais bon, ma maison c'est là où sont les gens que j'aime et que j'appelle humblement ma famille.

Je pris mon temps pour rentrer à la taverne et profitais de l'ambiance, rien n'avais vraiment changé, c'était comme si tout ça n'avait été qu'un rêve.
Mais non, je n'avais pas tout inventé, les deux ailes dans mon dos en été la preuve.

Je me retrouvais finalement devant l'Apellbine et me demandais s'ils allaient me reconnaitre et décidais donc de ne rien faire tant qu'ils ne m'auraient pas reconnu.
Je fus surpris de voir derrière le comptoir une demoiselle dont le visage m'étais inconnu, je devinais qu'il s'agissait de Malfaisante, la jeune fille dont m'avais parlait Jeck et Reia.
Je m'installé au comptoir, le coin était assez vide, en même temps il était juste 9h du matin, le p'tit déj' était fini, le repas pas encore prêt et encore aucun habitué n'était arrivé.
Malfaisante me parut sympathique, savoir qu'elle avait été là pour ma petite sœur me rassura, je décidais donc d'entamer la conversation.

[Darth] : Bonjour très chère !
Pourrais-je avoir un petit remontant, le trajet fut long.

[Malfaisante] : Bonjour ! *sourit*
Bien sûr, que puis-je vous servir ?

[Darth] : Vous auriez un debout-les-morts ?

[Malfaisante] : Oui, je vous sers cela de suite.
*commence à préparer la boisson*

[Darth] : Merci bien.
*sourit*
Alors, puis je savoir le nom que porte l'exquise demoiselle en face de moi ?

[Malfaisante] : Je me prénomme Malfaisante, et vous ?

[Darth] : Quel prénom intéressant, pour ma part, mon nom est bien trop long, pour écorcher votre douce bouche.
Appelez-moi Ori, ce sera plus simple.
*prend un air gêné*
Je suppose que l'on doit vous poser cette question tout le temps mais, pourquoi vos parents vous ont-ils nommés ainsi ?

[Malfaisante] : À vrai dire, très peu de personnes ose la poser, mais je ne peux malheureusement y répondre car j'ai perdu mes parents avant de pouvoir le demander.
*air triste*

[Darth] : Oh...
*attrape la main de malfaisante*
Je suis vraiment désolé. Je n'ai moi-même pas connu mon père et ais vu mourir ma mère.
*sourit*
La vie se montre souvent cruelle, mais vu ce que vous êtes, en tout cas ce que je vois me fait dire que vous avez bien réussi.

[Malfaisante] : *essuie la larme qui coule sur sa joue puis offre un sourire à Darth*
Merci beaucoup.

*Darth aperçois un visage familier sortirent de la cuisine*

[Jeck] : Alors Malfaisante, on parle toute seule ?

(Malfaisante étant dans l'axe, Jeckrow ne pouvait voir Darthorigin)

[Malfaisante] : Ben non, je parle avec ce jeune homme.

[Jeck] : Oh bonjour !
Désolé, je ne vous avais pas vu.

[Darth] : *sourit à Jeck, satisfait de ne pas avoir été reconnu*
Ne vous excusez, ce n'est pas grave.

[Jeck] : *surpris*
C'est étrange, mais votre voix me dit quelque chose...
Nous serions nous déjà croisés au par avant ?

[Darth] : Il est vrai que votre visage m'est familier.
J'ai beaucoup voyagé durant cette année, peut-être vous ais-je croisé durant une de mes expéditions ?

[Jeck] : Il y a peu de chance, je sors rarement de ma taverne.
Des expéditions dites-vous ? Dites m'en plus, voulez-vous, peut-être trouverons nous une relation.

[Darth] : À vrai dire, ce ne sont pas exactement des expéditions mais plutôt des missions.
Je sors d'un an d'une formation des plus complexes que je viens de finir avec succès.
Et je suis maintenant sur le chemin du retour pour rentrer chez moi.

[Malfaisante] : Félicitations !

[Jeck] : Oui, bravo !

[Darth] : *rougit* Merci.

[Jeck] : Donc vous avez suivi une formation et que faisiez-vous avant ?

[Darth] : *réfléchit*
Avant ? Eh bien, je faisais garçon de café et informateur pour diverses personnes à mon temps perdu.

[Jeck] : Quoi ?! Non ! Impossible !
Mais si ! Si ! C'est toi !
*commence à avoir les larmes aux yeux*
DARTH ! C'est bien toi ! 'spece de petit enfoiré, tu l'as fait exprès.
Viens dans mes bras au lieu de jouer aux cons.

[Darth] : *commence à rire*
Bon, je suis fait.
*passe derrière le comptoir*
Ah ! Je me sens enfin chez moi maintenant.
*prend des Jeck dans ses bras*
Alors vieux brigand, t'as mis du temps, t'as la vue qui baisse ?

[Jeck] : Malfaisante va chercher Reia.

[Malfaisante] : *sourit en voyant cette scène de retrouvaille*
J'y vais tout de suite.

*Malfaisante part en cuisine et hurle le nom de Reia*

[Jeck] : Bon, allez faut fêter ton retour !
Tu te souviens où sont rangées les bouteilles ?

[Darth] : Tu crois vraiment que j'aurais pu oublier cela ?!

[Jeck] : *essuie ses larmes et rit*
Bon tu sors de tout, moi je rameute du monde.
*court vers la sortie puis disparait dans la rue*

*Reia fait son apparition dans la salle*

[Reia] : Alors, pourquoi on m'a appelé ?
Je dormais bien, moi !

[Darth] : Toujours autant râleuse, bah... ya des choses qui changeront jamais.

[Reia] : Vous êtes qui pou... DARTH ! Grand-frère ! C'est bien toi, hein ?
*commence à pleurer de joie*

[Darth] : Oui, c'est bien moi.
Et arrête de pleurer, sinon je m'y mais moi aussi.

[Reia] : Grand-frère, tu m'as terriblement manqué. Tu vas pas repartir, tu vas rester maintenant ? Avec moi ?
*le regarde droit dans les yeux avec encore quelques larmes*

[Darth] : *essuie les larmes*
Je vais rester, on sera ensemble pour toujours.
*lui fait un grand sourire*
Tout ira bien, petite sœur, tout ira bien.

Cette scène s'en suivit d'une assez grosse soirée qui me permit de revoir tout le monde.
Tout se passait bien, mais il me manquait tout de même quelque chose, ou plutôt quelqu'un... Evy.
La fête se déroulait quand, tout d'un coup, je l'aperçus à l'entrée.
C'était bien elle, Evy était là, devant moi.
Pour moi, la soirée commencé enfin... 
Ayant prêté serment, je me vois dans l'obligation de passer 4années de ma vie sous silence.
Je ne sais si un jour je pourrais vous les conter mais je l'espère, certaines de mes missions furent passionnantes et mes rencontres encore plus.
Je vais tout de même vous narrer l'accident qui a fait de moi, le Daeva que je suis maintenant.

Mes 18ans était passé de peu quand je me vis confié cette mission.
La tâche qui m'était confiée était la destruction d'un camp Elyséen.
La raison ? Dois-je vous rappelez la guerre qui oppose Asmodiens et Elyséens ? Mais il n'y avait pas que ça.
Ce camp était soupçonné d'héberger un traitre, un Daeva qui aurait vendu des infos stratégiques à l'ennemi.
Et oui, la trahison est monnaie courante à mon époque.

Pour tuer un traitre, vous disposez de beaucoup de méthode mais pour détruire un camp ennemi plus c'est occupant, le choix se réduit considérablement.
Il y a le feu : impressionnant et dévastateur mais les occupants peuvent prendre la fuite.
Le gaz et autres poison : non repérable, efficace mais le camp restera debout, en tout cas, tant que les termites ne passe pas dans le coin.
L'envoi d'une armée : dois-je vraiment vous expliquer les défauts de cette méthode ?
Des explosifs : bien réglé et placé, une bombe anéantira tout en vous laissant le temps de vous enfuir mais elle peut être découverte.
Pour ma part, l'explosif me paraissait le meilleur choix.

Je m'étais mis donc en route pour Brushtonin, le camp se trouvant sur l'île, je décidais de m'équiper sur place pour éviter la surcharge.
J'ai pris poste au camp des réfugiés et commençais la fabrication de l'explosif que j'utiliserais pour cette mission.
J'ai passé une semaine à travailler dessus, chaque détails avaient été étudiés avec précision pour que la bombe soit parfaite pour l'occasion.
Puissante, facilement dissimulable, dévastatrice, le traitre ainsi que les Elyséens n'avaient aucune chance, c'est ce que je pensais.

La bombe prête, il ne me restait plus qu'à la placer.
Plus facile à dire qu'à faire évidemment, je pris donc la route du campement Elyséen.
La route ne fut pas trop longue et encore moins intéressante que regarder manger un brax.
J'aperçus les premiers remparts au bout d'une heure de marche, ils étaient peu évolués (de simple pic en bois) mais fortement gardés. (Mages et Guerriers étaient au rendez-vous)
L'analyse de la situation me fournissait peu d'options, tenter un passage en force était totalement exclu, ce serait du 150 contre 1, je pouvais toujours tenter de me dissimuler mais vu la forte présence, le moindre faux pas et s'en serait fini de moi.
Je regardais tout autour et fut agréablement surpris de voir un arbre encore feuillu dont les branches dépassées des barricades.
J’usai de mes talents en camouflage pour arriver jusqu'à l'arbre mais le plus gros problème était de l'autre côté, eh bien oui, comment se caché quand on tombe d'un arbre ?
Je n'avais rien prévu pour créer une diversion et maintenant que j'étais dans l'arbre j'aurais quelques difficultés à en faire une.
Je restais un instant caché dans l'arbre quand, tout d'un coup, je vis la moitié des gardes partir, d'après la direction qu'ils prenaient, ils rejoignaient le passage ouest.
Cela n'annonçait rien de bon, mais je n'avais pas le temps de faire la fine bouche et devais profiter de la cohue générale pour passer.
Rien ne m'assurait de réussir à passer mais rien ne me laissait espérer une meilleure occasion.
Je sautais donc de ma branche pour atteindre le sol, avant de le toucher, j'usais de mes ailes pour atterrir dans un petit fourré d'où je pourrais observer sans être vu.
Le fourré atteint, je scrutais les alentours à la recherche de gardes mais aussi de la cause de ce mouvement de panique, mais rien, oui, j'ai bien dis rien, ni garde, ni indice.
Tout cela n'était pas bon, mais la bombe était enclenché, il ne me restait plus que deux heures pour la poser et partir le plus loin possible.

Bien que je ne voyais aucun garde, je préférais me dissimuler pour avancer et bien m'en fut quand je vis quatre rodeurs Elyséens courir vers ma direction.
J'eu d'abord peur que ma présence n'eut été révélé mais fut rassuré quand je les vis passé à côté de moi sans même apercevoir quoi que ce soit.
J'arrivais rapidement au camp et fus étonné et surtout très embêté quand je vis qu'il était ... vide.
Comment pouvais-je détruire le camp et ses occupants s’ils manquaient les occupants ?
Je me mettais en quête d'un lieu où la bombe ferait le plus de dégâts possible et trouvais leur stock de poudre.
Quel meilleur endroit que celui-là ? La bombe plus toute cette poudre, l'explosion serait fatale à toutes personnes dans un rayon d'au moins 1Km.
Il restait 1h30 au compteur de la bombe mais je ne pouvais la quitter avant que les occupants ne soit revenu.
J'attendis 45min avant d'apercevoir un cortège d'Elyséen portant en triomphe ce que je pensais être un des leurs.
Surement une créature avait-elle tentée de les attaquer par l'ouest et ils revenaient fêter leur victoire.
Je refermais avec grand soin la porte de l'armurerie qui contenait maintenant un jolie joujou de ma fabrication.
En prenant le chemin du départ je ne pus m'empêcher de remarquer le teint bleuté de la peau de l'individu acclamé par cette compagnie Élyséenne.
Je compris aisément qu'il s'agissait du traitre et bien que cela ne me serve à rien, je voulais savoir de qui il s'agissait.
Quel était la chose qui nous avait vendu pour une poignée de kinah ?
Je décidais dont de m'approcher de leur taverne pour en apprendre plus, ou, au minimum, voir le visage du traitre.

Plus je me rapprochais, plus j'entendais les acclamations, plus je devenais nerveux.
Je décidais de passer par le toit, peu de monde pense à regarder les toits, ce qui en fait un passage idéal.
J'avais un mauvais pressentiment, comme si quelque chose n'allait pas, qu'une chose horrible venait d'arriver.
Ce ressentiment fut renforcé quand j'entendis une voix connu dans la taverne.
Une voix que je connaissais très bien vu le temps que j'avais passé avec la personne, mais ma raison me martelait que cela était impossible.
Je continuais donc mon avançais et n'entendais plus la voix, j'en conclus donc que mon cerveau me jouait des tours et il me fallait faire vite.
Il ne restait que 40min avant que ce camp ne se transforme en vestige du passé.
J'arrivais enfin sur le toit, l'ambiance dans la taverne n'avait rien avoir avec l'Apellbine, ici, les guerriers se bourraient la gueule, s'envoyer en l'air avec des filles de joies Asmodienne.
Cela n'avait rien d'une taverne mais ressemblait à une maison de passe pour Elyséen au gout d'Asmodien.
Je regardais partout à la recherche du traitre, quand, soudain, je le vis. Le traitre, il était là.
Je n’eus aucun de mal à le reconnaitre car la voix que j'avais entendue plus tôt était la sienne.
Cette vision me paraissait impossible et j'en tombais de mon perchoir.
La chute fut des plus douloureuse, aussi bien physiquement que psychologiquement.
Je ne pouvais me résoudre à l'avoir vu là, à boire avec ces choses alors que nous avions partagé tant.
Sous état de choc, je ne vis pas le temps passé et ne repris mes esprits qu'une dizaine de minutes avant le moment où ma tâche serait effectuée.
À ce moment-là, j'avais toujours du mal à assimiler ce que j'avais vu, mais si je voulais tirer ça au clair il me fallait sauver ma vie.
Je me mis à courir car le temps me manquais, je surpris des larmes coulées sur mes joues pendant la rué qui devait m'emmenais le plus loin possible.
La bombe explosa, je compris que mes calcule étais faux quand je sentis le souffle de l'explosion me projeter contre un arbre.

Les premiers souvenirs que j'ai après cela sont de m'être réveillé au couvent de Marchutan.
D'après les infos que j'eu récupéré, cela faisait près de 3mois que j'étais dans le coma.
Oui, 3mois, 3mois à dormir, cela ne me ressemblait pas du tout, moi qui prône le fait que le sommeil est une perte de temps.
Bien que les sœurs ne m'y aient pas autorisée et que la garde est essayée de m'arrêter, je quittais le couvent pour Pandaemonium.
Je ne savais si mes derniers souvenirs étaient des hallucinations eu durant mon coma ou si je l'avais bien vu nous trahir.
Il me fallait savoir, même si je savais que cela me ferait le plus de mal.
J'atteins la capitale en fin de journée et me dirigea vers la cours de l'ombre.
Il me fallait faire mon rapport et tout faire pour apprendre la vérité.
Comme d'habitude, ils étaient déjà au courant que j'arrivais.
J'allais voir Khrudgelmir, juge de l'ombre à qui j'avais l'habitude de faire mes rapports.
Il s'inquiéta de mon état mais sans plus, il me connaissait depuis assez longtemps pour savoir que je déteste ça.
Quand j'eu finis de tout lui raconter, j’exigeai qu'il me dise si le nom que je venais de lui donner pour le traitre était la personne qu'ils soupçonnaient.
Sa réponse fut directe, ils ne soupçonnaient personne, ils savaient déjà et c'est pour cela que j'avais été choisi.
Ils pensaient que vus nos liens, si le traitre m'apercevait sur le territoire ennemie, il ne me ferait rien.
Alors que de mon côté je savais bien que si nous nous étions croisés et que j'avais sus, nous nous serions battu jusqu'à la mort.
Je parti sans écouter l'explication du juge et pris la direction de l'Apellbine.

Arrivé chez moi, je racontais tout.
Reia me fit remarquer une larme sur ma joue gauche, encore une, ou plutôt la dernière.
Il faudrait attendre bien longtemps avant de revoir une larme coulait sur la joue de Darthorigin.
Jeck, Reia et Malfaisante m'ont ensuite laissé seul, je restai dans mon coin avec pour seul compagnie Micorunerk, mon fidèle ami et messager.
Je décidais de lui demandais d'apportais une lettre au traitre, si cette être était toujours en vie, Mico le trouverait.
J'écrivis dans cette lettre, tout ce que je ressentais à propos de cette trahison, aussi bien sur le fait politique que le plan émotionnel.
Je promis une bière à Mico pour son trajet et le regarda partir.
Il revint sans le message mais refusa de me dire si lettre avait trouvé son destinataire.
Je lui offris sa bière et sombra dans mes pensées.

Depuis ? Je continu ma vie et elle n’a pas beaucoup changé.
Je remplis des contrats pour me faire de l'argent et commence à remplacer Jeck à la taverne son âge commence à se faire ressentir.
Je surveille ma petite sœur qui devient chaque jour un peu plus une femme en compagnie de Malfaisante.
Ah si, une chose à changer depuis le jour de l'accident !
Ce jour-là, de l'assassin que j'étais une ombre est née... 

Cela fait maintenant 3ans que j'ai finis d'écrire cette époque de ma vie, j'ai vécu d'autre chose que j'aurais grand plaisir à vous conter aussi.
Mais tout cela est une autre histoire, peut-être, un jour reprendrais-je la plume.
En attendant, je vous souhaite une vie longue et remplie de joie.
Espérer juste que l'ombre qui vous suit ne soit jamais moi, car ce jour-là, vous mourrez.

Darthorigin.

____________________




Dernière édition par Darthorigin le Dim 14 Nov - 14:39, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://shinigami.guildealliance.com
kazer

avatar

Messages : 296
Réputation : 2
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 27
Localisation : Saint Nazaire

MessageSujet: Re: La Naissance d'une Ombre (Darth - Aion)   Mar 10 Aoû - 3:15

j'adore =)
Revenir en haut Aller en bas
Haribo

avatar

Messages : 157
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 28
Localisation : Seine et Marne

MessageSujet: Re: La Naissance d'une Ombre (Darth - Aion)   Mar 10 Aoû - 11:54

De même, bravo! =)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Naissance d'une Ombre (Darth - Aion)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Naissance d'une Ombre (Darth - Aion)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» carte de l'ombre et "n'importe qu'elle phase"
» Grimoire d'un Esprit de L'Ombre - Chapitre I - II - III
» Cabale de l'Ombre Sanglante
» MagnumUrgal, passé, présent et futur d'une Ombre
» A l'ombre d'un grand chêne...rêverie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinigami :: Les Archives :: La Bibliothèque :: Rapport Sur Les Shinigami-
Sauter vers: