Shinigami


 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BG de la légion

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Darthorigin
Admin
avatar

Messages : 457
Réputation : 1
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 62
Localisation : Entre nulle part et ailleurs...

MessageSujet: BG de la légion   Jeu 29 Juil - 13:00

Rappel du premier message :

Bon, bah le titre est assez explicite, non ?
Je pense qu'on peux remercier Dresdhen qui m'a enfin poussé à reprendre en main ce BG.
Donc voilà, j'aimerais que tout le monde y participe.
Donc les membres fondateur deviennent ceux d'après Raz, les dates d'arrivées aussi. (pour un souci de cohérence)
On garde le côté "neutre" (mais bon, on se laisse pas tapé dessus, hein) mais j'aimerais que chacun d'entre vous donne ses idées, son opinion...
Que notre futur BG plaisent et soit accepté de tous.
Donc bien sur, le nom ne change pas. (Shini un jour, Shini toujours)

Alors à vos crayons ! (ou clavier)

____________________


Revenir en haut Aller en bas
http://shinigami.guildealliance.com

AuteurMessage
kazer

avatar

Messages : 296
Réputation : 2
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 27
Localisation : Saint Nazaire

MessageSujet: Re: BG de la légion   Sam 7 Aoû - 14:12

Malice a écrit:
^^ ok ça manque pas mal d'ordre. Et il est clair que Kazer va à l'essentiel. Pourquoi ne pas retravailler les deux pour qu'ils concordent ?
Le poste de Kazer, pourrait présenter le BG de la Guilde sur le forum d'Aion Guard.
On pourrait compléter développer, euh avant tout, remettre de l'ordre dans le mien. Et avoir une version plus détaillée dans le forum de la guilde, avec l'histoire du livre.

Dans le récit du combat de Kaser, ce serait sympa de mettre des noms de shinigamis, qu'ils existent ou plus ^^.

Alors Histoire de la Guilde
chapitre 0 : les origines des shinigamis
chapitre 1 : le rassemblement (avec le récit de Kaser, ce serait drôle qu'on lui donne un titre et qu'on en fasse une chanson, pas un hymne)
chapitre 2 : le gouvernement et/ou Appellbine (je pense que les deux seront liés )

ça fait classe les chapitres (*-*)

il faudra terminer en définissant où nous en sommes aujourd'hui.

Je viens de te lire et désolé de n'avoir pas répondu avant car tes remarques sont très interessantes.

En faite, voila comment ça c'est passé dans ma tête pour les trois premier chapitres

chapitre 1:
Ils sont anonyme car ne font pas encore partit de l'histoire. De plus, on ne parle pas encore des shinigamis, c'est plus une introduction qu'autre chose, si on veut, c'est le Deus ex machina en version anticipé.

chapitre 2:
maintenant, nous avons les shinigamis. l'histoire ce consentre autour de deux personnage car ils ont leur importance. leur donner une identité, enfin, renforce leur importance, chose beaucoup plus dure si ils étaient nommé dès le chapitre 1 cassant ainsi toute la magie du chapitre 2. De plus, Meric devient un véritable traitre car on ne l'a pas réellement connu en tant qu'étrangé mais on la directement connu en tant que membre. çà permet de zapper les passer dans l'esprit des gens et de renforcer leur importance (chose très dure sinon). Je me suis inspiré d'une nouvelle que j'ai lu il y a longtemps et sur les 10pages on ne connait l'identité du personnage que dans la dernière phrase et dans ma tête ça avait fait "Wahou"

chapitre 3:
grace au chapitre deux, je peux non pas détruire mais transformer la légende d'Argorn. Découvrir Valhator ici permet aussi de créer sa légende. il n'est plus un shinigami qu'on a connu qui décide reprendre le flambeau mais un paysan qui voit son héros détruit et qui décide que vis a vis du petit garçon il ne peux pas laisser passer ça. l'effet et proche des contes de fée (c'est dérageant pour certain, surtout que la Légion et un peu sombre en soit, mais j'assume ce choix vis a vis des autres chapitres). d'un coté, je me suis beaucoup attaché à Valhator durant ce chapitre et Argorn ne devient pas un héros comme si le chapitre un l'avait nommé, il le redevient (encore un petit coté féérique que j'assume et qui trouvera un sens dans la suite)

le chapitre 4 arrivera dès que je l'aurais fini (c'est a dire je ne sais pas quand). pour le 5, je suis en train d'en parler avec Fenorielle et Darthorigin.

Par contre, ceux qui ont lus le BG de Darth comprendrons qu'Apellbine ne réapparaitra pas avant le chapitre 5, les autres, je vous invite à lire son BG qui vaut vraiment le détour.
Revenir en haut Aller en bas
kazer

avatar

Messages : 296
Réputation : 2
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 27
Localisation : Saint Nazaire

MessageSujet: Re: BG de la légion   Lun 9 Aoû - 0:28

Dans ce chapitre 4, j'y suis aller fort. Les Shinigamis vont montré qu'ils sont digne d'être des héros.








Chapitre 4 : le poids des
âges





Le petit garçon avait bien
grandit depuis la mort de Meric et d’Argorn. Désormais adulte, il dirigeait les
Shinigamis au combat tandis que Valhator les dirigeait politique et Sylia
préparait les batailles. Depuis la nuit du combat, aucun des deux ne reprit les
armes. Valhator disait que son temps était passé, qu’il n’était plus fait pour
guerroyer mais ce contenterait d’apaiser les âmes, Sylia, quant à elle, y avait
perdu un œil et sa jambe gauche était resté raide. Les ruines de la taverne
n’avaient jamais bougé. Le gouvernement avait la main mise dessus et l’avait
mis en vente, mais nul ne l’acheta.


Depuis tout ce temps, le
gouvernement lui-même avait changé pour de nouveaux hommes. Alors qu’au début
les Shinigamis étaient envoyé dans de multitudes de missions dangereuses,
cherchant probablement à les décimer, ils étaient désormais une troupe d’élite
n’agissant qu’occasionnellement dans certains cas de force majeur. Ce nouveau
statut avait renforcé leur moral même si il n’était plus aussi nombreux
qu’autrefois, tous justes cinquante individus.


Le petit garçon devenu adulte
portait désormais le nom de Jewal.


Jewal était un rodeur émérite.
Avant chaque mission, il savait où aller pour trouver des informations sur les
lieux, puis partait les explorer silencieusement, parfois dans les camps
ennemis eux même. Parmi tous, il était devenu une ombre, invisible une fois la
nuit tombé.


Valhator convoqua les Shinigamis.
Il leur expliqua que le gouvernement aurait un possible piste sur un espion
Elyséens dans les rangs Asmodien et qu’on leur avait demandé d’enquêter.
D’après le gouvernement, l’espion aurait pris la route pour Sanctum. Ce serait
un Shugo. La quête s’annonça hardu mais un petit groupé d’élite pourrait
facilement passer la zone au crible pour trouver des informations. De plus, Valhator
annonça que le document qu’il tenait entre ses main permettait de fouiller
intégralement les demeures de chaque shugo et chaque personne en ayant
accueilli sur simple présentation.


En effet, l’heure s’annonçait
grave pour que de telles mesures soient prises.


Sylia commença par envoyer ses
gros bras mener l’enquête. Le système s’avéra payant car moins de six heures
plus tard, les premières pistes apparurent. Après rapprochement de plusieurs
informations, il s’avéra que l’espion aurait quitté la ville sous le prétexte
d’un déplacement commercial cinq jours plus tôt. Ca signifiait qu’il serait en
Elyséa dans moins de trois jours mais que dans ce cas, il ne pourrait passer
que par une seule route. Il fallait également faire vite car même si ils ne
pourraient le rattraper avant qu’il ne quitte le territoire Asmodéen, ils ne
devaient pas le laisser pénétrer dans Sanctum, capitale Elyséenne, sans quoi la
mission aurait de sérieuses chances d’échouer.


Jewal était chargé de mission. Il
serait accompagné d’une élite formé d’un templier, un spiritualiste et un
clerc.


A peine les adieux prononcé, le
petit groupe prit la route de la frontière.


Trois jours plus tard, ils
étaient en territoire Elyséen, là où nul secours ne pourrait les aider et où
nul être ne leur seraient amical. Ils étaient passés de prédateur asmodéen à
proie élyséenne. Marchant dans la forêt, rempant dans les près, ils avançaient
en territoire ennemi à la recherche d’un ennemi dont ils n’avaient qu’une vague
idée. Rechercher un shugo marchant n’est pas dur, mais seul quelques détails
comme la qualité des coutures des vêtements ou la couleur de la boue accroché
sur les chaussures ou le sac pourrait faire la différence. Autant dire rien du
tout.


Ce fut à moins de deux cent
kilomètres de Sanctum que le shugo en question apparut enfin. La pâleur de ses
poils disait qu’il avait passé un long moment à l’ombre et ses vêtements
montraient qu’ils n’avaient pas été changés depuis un moment. Jewal le prit en
filature pendant que son groupe s’installait dans une cabane abandonné plus en
avant. Il réussit à coincer l’individu dans une ruelle d’un petit village.
Usant de chloroforme, il endormit le shugo sans qu’aucun des deux n’émette le
moindre son et rejoignit ses frères.


Aucun des quatre membres du petit
commando Shinigami ne parla jamais de l’interrogatoire. Tout ce qu’ils dirent
fut que l’aura du shugo montrait que son heure était venu et que les rites
avaient été pratiqués.


Jewal ne comprenait pas. Tout
indiquait que ce shugo était celui qu’il cherchait, de plus il était le seul à
venir d’Asmodéa, alors pourquoi n’étais ce pas lui? Ils comprirent vite le
pourquoi du comment quand une patrouille Elyséenne entra en ville. Ils
recherchaient un groupe de quatre Asmdéens venu assassiner un marchant Shugo.
Jewal sortit de la cabane et tendit ce faufila sur les toits. Les oreilles tendues,
il écoutait ce qui se disait. L’ordre était tenu des plus hautes instances Elyséenne
et était tenu d’un espion qui sévissait encore en Asmodéa. Jewal ne perdit pas
de temps et alla prévenir ses frères. Ils n’avaient que peu de temps pour nettoyer
les traces de l’interrogatoire et fuir, sans quoi, les représailles Elyséennes
pourraient être sanglantes.


En effet, la guerre multiséculaire
qui opposait les deux camps n’avait jamais impliqué les Shugos qui ont toujours
été libres de leurs déplacements, et un Asmodéen qui assassine un Shugo en
plein territoire Elyséen représenterait une grave trahison et la possibilité de
couper Asmodéa des leurs principaux marchant. Autrement dit, ce serait
terrible.


Aucun Asmodéen ne fut jamais
incriminé et le corps du Shugo ne fut jamais retrouvé.


Les pierres de retours, récemment
mises au point, permirent aux Shinigamis de rentrer rapidement à Pendémonium où
la situation fut expliqué à Valhator qui s’empressa de faire un rapport au
gouvernement. Une enquête interne fut ouverte et le traitre, l’un des
ministres, fut arrêté. Les interrogatoires ne permirent de découvrir les
raisons de la trahison, mais tout danger était désormais écarté.


Valhator récompensa le commando
qui avait pris tant de risque en nommant chacun d’entre eux centurion. Désormais,
les Shinigamis seraient représenté par un chef ayant à ses coté un centurion de
chaqu’une des quatre classes.


Trente ans plus tard, un mystérieux
mal frappa Valhator. Le shinigami ne pouvait plus sortir ses ailes et sa santé
ce dégrada très rapidement. Il semblait que le Daeva redevint humain. Le
gouvernement fut immédiatement avertit et mena une enquête auprès de ses
espions en Elyséa. Le pire arriva: les Elyséen avaient mis au point une arme
capable de supprimer le rang divin.


L’année suivante, toutes les
forces secrètes D’Asmodéa œuvrait à trouver le lieu où l’arme était cachée.
Durant ce même laps de temps, de nombreux généraux de l’armée asmodienne
tombèrent dans le même état que Valhator.


L’arme fut trouvée dans une
forteresse abyssale. Asmodéa envoya toutes ses meilleures légions pour détruire
ce lieu. Les Shinigamis furent commandé par Sylia. Malgré son état, elle ne
voulait pas rester en dehors de cette histoire et repris les armes pour une
ultime bataille. Alors que l’assaut allait être porté, deux Asmodien arrivèrent,
portant Valhator avec eux.


«Sylia, pour une dernière
bataille»


Il ne se faisait pas d’illusion. Son
état ne lui permettrait plus d’atteindre le rang divin, mais il pouvait
toujours tenir sa guisarme. Jewal se mit à côté de lui et lui pris le bras.


Le bouclier tomba.


L’assaut fut lancé et les forces
asmodienne pénétrèrent rapidement à l’intérieur de la base élyséenne. Jewal et
Sylia transportaient Valhator au-dessus des portes et le lâchèrent en plein
champ de bataille. Sylia le rejoint immédiatement alors que Jewal et les autres
Shinigamis s’enfonçaient plus profondément, là où les armes de défenses étaient
situées. Quand Jewal regarda en arrière, il put distinguer les silhouettes de
Sylia et de Valhator.


Aucune larme ne coula sur ses
joues. Il sourit. Jewal cria et fonça tel un boulet de canon sur les armes
Elyséenne, frappant directement le cœur de la résistance ennemi.


Les uns après les autres, les
Asmodéen tombaient, mais toujours, d’autres venaient les remplacer. Bientôt,
les ailes blanches disparurent au profit des ailes noirs.


Les portes de la forteresse enfoncée,
les troupes découvrirent une machine infernale. On pouvait y distinguer des
cuves emplit de prisonnier Asmodéen. L’une d’elle ce referma dans un bruit de
grincement, on entendit des cris puis, plus rien. Un nouveau bruit sourd,
semblable à une détonation gronda puis la cuve e rouvrit. Il n’y avait plus que
des cendres. Jewall voulu sortir ses ailes mais ne réussit pas. Toute la salle
tenta, mais aucun ne réussit.


Tout devint clair. La vitalité
des asmodéen était consumée par la machine pour détruire l’immortalité des
Daevas. Les soldats entassèrent tous les
objets magiques dont ils disposaient à l’intérieur de la salle et un mage concentra
sa magie pour tout faire exploser.. Les prisonniers Elyséens furent emporté
lors du retour sur Asmodéa.


Le gouvernement renvoya les
prisonnier en Elyséa avec comme messages : regardez ce que vous leur avait
fait.


Aucun autre projet du genre ne
fut jamais relancé.


Jewal fut convoqué auprès de l’assemblée
avec les Shinigamis restant. Sept Shinigamis, dont un seul possédant encore le
rang divin ce présentèrent.


Le gouvernement offra, en dédommagement,
la taverne détruite d’Apellbine au survivant, en mémoire de leur sacrifice.


«Ce lieu fut jadis votre Lieu de
repos, l’endroit où vous veniez vous rassembler et former, selon feu Argorn,
une famille. Vous êtes libre de la reconstruire ou de l’oublier, mais
désormais, Apellbine et à vous.»


(Copie d’un morceau du parchemin numéro
825DG3 traitant du remerciement du sacrifice des Shinigamis, archives publique
de Pendémonium)


Les shinigamis savaient leurs
temps conté. Le dernier Daeva de leur rang eut pour mission de trouver de
nouveau membres. Pendant ce temps, les désormais «humains» décidèrent de
reconstruire Apellbine, plus belle que jamais.


Même si les Shinigami furent
sauvé, aucun d’entre eux ne vit Apellbine ce relevé car le mal qui les
accablait les emporta trois ans plus tard.


La nuit de la mort de Jewal, il
est dit qu’une aveuglante lumière apparut dans sa chambre. Quand ses frères
entrèrent, elle avait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Haribo

avatar

Messages : 157
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 28
Localisation : Seine et Marne

MessageSujet: Re: BG de la légion   Lun 9 Aoû - 1:45

Alors là, pour y aller fort tu y a été!!! J'adore, excellent, magnifique, sublime! C'est clairement le chapitre que je préfère. On ne lâche pas le texte des yeux une seule seconde, on est tenu en halène du début à la fin.
Revenir en haut Aller en bas
kazer

avatar

Messages : 296
Réputation : 2
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 27
Localisation : Saint Nazaire

MessageSujet: Re: BG de la légion   Lun 9 Aoû - 2:13

merci, j'avais peur que de partir sur un si gros "délire" puisse faire décrocher de l'histoire, mais si tu dis que c'est bien, je te fais confiance =)

Pour la suite, j'ai envoyé quelques messages à fenorielle et darth car je dois m'entretenir avec eux pour le 5eme chapitre.
Je pense qu'ils prendront d'abord la décision de conserver ou non ma proposition de BG avant qu'on discute de fameux dernier chapitre de l'histoire de la Légion des Shinigamis =)

En attendant ben, postez vos proposition. ce n'est pas parce que j'ai fait un gros pavé que les autres n'ont aucune chance de passer (je me sens seul a poster)
Revenir en haut Aller en bas
Haribo

avatar

Messages : 157
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 28
Localisation : Seine et Marne

MessageSujet: Re: BG de la légion   Lun 9 Aoû - 11:51

Bah ton histoire colle bien avec l'image que je me fait de nous, shinigamis, donc personnelement je ne proposerai pas un autre récit. Après je vais relire ton récit en le décortiquant et voir s'il y a des améliorations possibles ou autre puis je te les proposerai =)
Revenir en haut Aller en bas
kazer

avatar

Messages : 296
Réputation : 2
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 27
Localisation : Saint Nazaire

MessageSujet: Re: BG de la légion   Lun 9 Aoû - 13:51

c'est exactement le genre de critique que j'attends =)

Je suis un perfectionniste (raison pour laquelle j'ai arrêté de dessiner) et ce qui m'intéresse c'est les critiques construite me permettant de m'améliorer.

Vas y a fond mon gros nounours en glucose =)
Revenir en haut Aller en bas
Haribo

avatar

Messages : 157
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 28
Localisation : Seine et Marne

MessageSujet: Re: BG de la légion   Lun 9 Aoû - 20:15

Bon voilà j'ai tout décortiqué ton récit. Tu vas me détester XD J'ai corrigé toutes les fautes que j'ai vu, proposé de meilleures tournures de phrases (enfin celon moi elle sont mieux, ce n'est que mon avis hein ^^) ect... tout ce que j'ai modifié est en rouge, j'ai laissé ce que tu avait mis en rayé pour que tu puisse voir les comparaisons en direct!^^. Voili voilou! je par me cacher pour pas que tu me tape! XD











Chapitre 1: La bataille de Patamor, rencontre de deux premiers
shinigamis









Nul n'aurait pu prédire l'avenir.


Les shinigamis œuvraient en solitaires depuis
fort longtemps. Capables de distinguer la force
d'une aura autour des habitants d'Atreia, ils doivent garantir le voyage de
chacun vers l'autre monde, leur retour au père fondateur: Aion.


Leurs ordres étaient simples. Durant leur enfance, ils rêvaient. Ces rêves sans
souvenir les convoquaient les jeune
shinigami s dans le royaume d'Aion et leurs apprenaient
tout ce qu'ils avaient à connaitre sur leur rôle,
leur métier, leur être. Certains pensent avoir rencontré le dieu Aion dans
l'au-delà, d'autres estiment que ce n'étaient qu'un de ses général, toujours
est-il que c'est dans ce monde immatériel qu'ils
ont été formé.


-"A partir du moment où une aura s'assombrit, l'âme peut (je mettrais « doit » plutôt que
« peut »)
être récupéré. Toutefois, faites attention car votre
fardeau et réel, nul ne doit le découvrir".


Cette phrase était encrée dans leur esprit aussi profondément qu'une flèche de
rodeur asmodéen dans le torse d'un élyséen.


Pendant longtemps, les shinigamis ne répondaient
à aucun ordre, accédant pour la plupart au rang des daeva.


Lors de la bataille du maquis de Patamor, une armée élyséenne était parvenue à
franchir tous les remparts et campaient à proximité de l'habitat des Spriggs. Le gouvernement asmodien envoya tout daeva capable de se
battre pour les arrêter. Peut répondirent à l'appel, du fait probable de nombreuses
attaques elyséennes en cours sur tout le territoire asmodien (doit-on mettre « asmodien » ou
« asmodéen » ? Personnellement je préfère
« asmodéen »…)



En final, ce ne fut qu'une quinzaine d'individus qui se retrouvèrent face à une
centaine d'élyséens.


Un jeune et prometteur général rodeur prometteur prit le commandement des troupes et
élabora une stratégie durant la nuit.


-Nous ne chercheront pas à tous les tuer, mais nous devront les faire fuir,
coute que coute.


La stratégie était osée car le moral elyséen ne pouvait qu'être supérieur au leur
et si un seul asmodien craquait, tous pouvaient y laisser la vie. Mais personne
ne craqua.


Le lendemain, quand l'avancée des troupes élyséennes
avait eurent passées le pont et qu'ils
qu’elles (ce les troupes, donc féminin) s'approchaient
apporochèrent du col de Patamor, les premiers asmodiens s'élancèrent des
falaises, discrètement pour prendre place. Pendant ce temps, cinq autres
asmodiens descendaient descendirent le col à pied pour aller à la rencontre
des élyséens, et ainsi attaquer sur deux fronts. Deux gladiateurs, un clerc, un
templier et un mage, sans aucune possibilité de renfort engagèrent alors un combat désespéré face à plusieurs dizaines d'élyséens. Et ils
tinrent. (En changeant le temps dans ce pargraphe j’ai essayé
de rendre le déroulement plus vivant)



L'attaque à revers porta également. Les assassins frappaient vite, les rodeurs
décochaient des hauteurs, les mages envoyaient leurs avatars et leurs sort sur
des troupes désorientées, terrassant de nombreux
élyséens dans
durant
les premières minutes.


Une flèche atteint le seul clerc du groupe qui perdit connaissance. Privé de
soins, le groupe de l'attaque de face ce vit vite fut rapidement (« vit vite » fais bizarre à la
lecture non? Et enlevé le « vit » évite la répétition par rapport à
la phrase suivante)
submergé. Un gladiateur ce vit les mains tranchées par une attaque furtive puis transpercé de toute
part. Les autres furent submergés (répétition du mot
« submergé », il faudrait un synonyme ou une autre phrase du genre,
par ex : « Les autres furent dépassés par la masse élyséenne »)
.


A l’arrière, les choses n'allaient pas mieux. Les troupes commençaient à
riposter et les assassins, sous la (« la » inutile selon moi) pression,
perdaient leur concentration et commettaient de plus en plus d'erreur. Deux
d'entre eux tombèrent sans ce relevé, un troisième tenta de ramper mais la
masse d'un aède lui fracassa le dos. Le dernier assassin debout tenta le tout
pour le tout. Dans un ultime assaut, il enfonça les rangs ennemis avec toute
l'énergie du désespoir, faisant autant de dégâts qu'un assaut (de?) templier. Les mages et les rodeurs ne le virent
pas ressortir. Le commandant laissa tomber son arc et attrapa les deux dagues
accrochées à sa ceinture.


-Pour Asmodée!


La faible troupe chargea vers une mort certaine, espérant des renforts qui, ils
le savaient, n'arriveraient jamais.


Les mages ce lancèrent les premier dans les troupes ennemis, canalisant toute
leur énergie dans de puissantes attaques. Plusieurs ne supportaient supportèrent
pas la puissance de toute cette magie, leurs mains explosaient explosèrent pour avoir canalisé plus qu'ils ne
pouvaient. Les rodeurs, peut habile au combat rapproché, ce lancèrent sur les
clercs élyséens et eurent le temps d'en emporter beaucoup avec eux. (j’ai mis le même temps partout pour que ce soit plus
agréable à la lecture)






Les troupes élyséennes furent décimées par une
élite asmodienne ayant fait le sacrifice de leur vie pour leur patrie. Sur la centaine
d'élyséens, seule
une soixantaine resta debout, épuisée.





Le son d'un cor de chasse raisonné résonna, vite entretenue par des tambours battant.
Asmodée envoyait enfin de véritables troupes pour une bataille déjà fini. Les
élyséens, fuirent avant même d'entrevoir les renforts adverse.


Un seul homme descendit du col, un jeune qui resta était resté en retrait toute la bataille selon les
instructions du général.


-Quand tu entendras les cris de victoire des élyséens, emmènes ce troupeau (troupeau de quoi ? je n’ai pas compris ><’) avec
toi et fait sonner le cor de chasse de la ville. Joue également de ce tambour.
Et pris pour que les élyséens croient à des renforts.


Devant l'ampleur du massacre, le jeune homme ce rua à la recherche de
survivant. Il trouva deux autres quelques compagnons
vivants mais mal au point. Il les soigna tant
bien que mal.




-Leur heure n'était pas venu! Cria l'un deux


-Arrête, intervint le deuxième, ne raconte pas n’importe quoi, personne ne peut
dire ça.


-Si, dis calmement le troisième, moi je le peux.


-Alors toi aussi tu vois les auras? Toi aussi tu es...


-... Oui, le coupât-il nettement.


- Hey, racontez-moi ce qu'il se passe.


-Après tout, il est un frère d'arme, Aion ne nous en voudra peut être pas.


La situation expliqué, les deux premiers shinigamis c'étaient rencontré et
étaient devenu frère. L'asmodien leur fit serment de ne jamais dévoiler leur
secrets et partit dans a propre
direction. Les shinigamis, quand à eut, suivirent le même chemin et décidèrent
de fêter leur rencontre, et leur vie sauve, à la taverne du fort de Morheim.








Chapitre 2 : La trahison d’un homme





Plusieurs mois c’étaient écoulés depuis le
massacre de Patamor. Les deux Shinigami ne s’étaient pas quitté. L’un
s’appelait Meric, l’autre Argorn, et tous deux étaient frère.




Ensemble, ils avaient vu la mort de près et ensemble, ils avaient découvert
qu’ils n’étaient pas seuls.


Meric et Argorn avaient décidé de traquer dans Pendémonium durant quelques
temps. Les horreurs de la guerre hantaient leurs esprits, ils cherchaient un
endroit où être en sécurité. Ils étaient habitués
pourtant à prendre des vies, ils en prenaient une dizaine certains jours, mais leur heure était venue. Dans une guerre,
il n’est pas question d’heure, ni de destiné, il est juste question
d’animosité. (J’aime bien la rime « destiné »
/ « animosité » =D)



Toutefois, leur vie changea une nouvelle fois le soir où ils traquaient un
Daeva malade qui aurait dû quitter ce monde il y a fort longtemps. Les deux
Shinigamis traquaient suivaient (répétition de « traquaient »)
l’homme, cherchant un lieu sombre où lui apporter la paix. Les toits leurs
permirent de ce fondre comme des ombres, suivant l’homme l’individu (répétition) rue après ruelles, heures
après heures, dans ce qui semblait être une marche sans fin. Au détour de la
ruelle la plus sombre de la ville, ils perdirent le mourant de vue une seconde.



Une seconde.


C’est le temps qu’il a fallu pour qu’un autre Shinigami exécute les rites.


Meric et Argorn crurent d’abord à un criminel qui l’aurait tué pour une étrange
raison, mais l’homme était penché sur le cadavre, les bras en croix, le regard
vers le sol, et psalmodiait dans une langue qui leur était étrangère mais
comprise. Meric sauta du toit et se présenta à son frère qu’il venait de rencontrer.


«Azphelumbra, frère. Les lignes de la vie me sont enseignées. Sais-tu les
lires?»


Ces quatorze mots devinrent le signe de reconnaissance des Shinigamis.
Désormais, ils savaient comment ce rencontrer à travers une chasse commune, ils
savaient comment ce se reconnaitre sans même se différencier des autres.


Argorn resta de marbre, dressé sur le haut du
toit, les (cela
donne plus d’effet sans le « les »)
ailes déployées, il était la (pareil, question d’effet^^) magnificence d’une ombre
entre un homme et le clair de lune. Visible et invisible, il voyait son rêve ce
réaliser, il rencontrait enfin un autre frère, le deuxième d’une longue série.


Durant les trois années suivantes, les Shinigamis se retrouvaient retrouvèrent les
uns les autres.


Chacun commençait par chercher un être dont l’heure de la mort était dépassé et
le traquait, des jours, des fois des semaines tout en espérant qu’un de leur
frère isolé finirait par l’apaiser par le biais des rites éternels transmis par
Aion au Shinigamis. Quand l’évènement arrivait enfin, ils se présentaient à
leur frère et répétaient les paroles de Meric avant de les accompagner à
Apellbine, modeste taverne où chaque Shinigami pouvait enfin partager sa vie
avec ses frère, rire avec eux, les écouter parler… tout
ce que signifie une famille s’y trouvait (phrase mal tournée je trouve, mais je
ne trouve pas comment bien la réécrire pour le moment ><’)
.


En moins de cinq ans, Argorn avait rassemblé plus d’une cinquantaine de
Shinigamis venant de tout Asmodée. Le groupe avait de plus en plus de mal à
rester discret, l’alcool servit à la taverne n’arrangeant rien à la chose. Fort
heureusement, le tavernier était devenu un ami, père du garçon à
qui ils avaient offert leur secret bientôt six ans plus tôt.


Un soir, Maric emmena Argorn à l’extérieur pour lui parler d’une chose qui dévisagerait
les Shinigamis à jamais.


«Tu sais qu’il est dur pour nous de subvenir à la taverne. Il faut qu’on se
fasse de l’argent et vite et pour ça j’ai une solution.»


Maric proposa du mercenariat.


Les Shinigamis livrés
à eux même en avaient souvent recours pour vivre mais un groupe entier de plus
de cinquante individus, c’était autre chose, autre chose de bien plus visible


Dans un premier temps, Argorn refusa très simplement cette idée. Il la jugeait
dangereuse pour eux, disant que ça les exposerais trop à la lumière du jour.
Meric, quant à lui, était bien décidé à faire passer cette idée auprès de ses
frères. Il rentra dans la taverne, monta sur le comptoir et entama un discourt,
malheureusement perdu aujourd’hui dans la salle des archives interdites de
Pendémonium.


Argorn entra dans une fureur inimaginable. Il grimpa sur le comptoir et, dans
toute sa rage, porta un coup de poing sur Meric qui le fit s’écrouler. Il passa
ses jambes au-dessus de lui, ce mis à genoux en bloquant ses bras et le frappa
encore et encore. Dans la salle, l’acte fut lourd de conséquence. Certains virent cette cet acte comme une prise de pouvoir d’Argorn, d’autre
virent dans sa colère la raison de tout une cause. Le groupe scindé en deux,
une bataille général s’engagea et quand les
choses ce calmèrent enfin, Meric partit suivit de nombreux Shinigamis.


Argorn déclara l’acte de trahison et l’ordre fut donner: anéantir les traitres
pour le bien du groupe.


Le trois années suivantes, Meric agissait
en mercenaire. Lui et son groupe passaient
passèrent plus de temps à ce vendre aux riches
pour de l’argent qu’à apporter la paix des rites aux âmes de ce qui auraient dû
trépasser.


Argorn et ses Shinigamis durent laisser une partie de leur rôle de côté pour
traquer les traitres, laissant de plus en plus d’âmes errer dans leur condition
de misère. Il se rendait enfin compte que si Aion ne voulait pas que les
Shinigamis se rejoignent, il y avait une bonne raison dont un seul mot lui
venait à l’esprit pour la définir : cohésion.


Un jour, après un temps qui leur parut infini, Argorn découvrit ce qu’il
craignait. Meric s’était allié à l’état de Pendémonium et avait formé une
légion secrète, maitre dans l’assassinat. Argorn tomba à genoux en apprenant
cette nouvelle. Ses hommes étaient là pour le réconforter, mais il savait
qu’avoir rêvé à des Shinigamis unis était l’erreur de sa vie. Il passa un jour
et une nuit à prier Aion, isolé dans une cabane
à l’écart de la ville. Ce n’est qu’une fois endormis qu’il eut une réponse.


«Dans trois jours, reviens ici, seul, mais d’ici là, fais en sorte que chaque
Shinigami parte de son côté et ne se revoit jamais.»


Argorn retourna à la taverne d’Apellbine et vit une troupe heureuse de son
retour. Pendant les trois jours suivant, il chercha comment annoncer la volonté
d’Aion à ces hommes et ces femmes qui comptaient sur lui plus que tout au
monde, qui voyaient en lui un chef et un père. Jamais il ne leur
annonça la volonté du Dieu tout puissant.





Le troisième jour, conformément à la volonté d’Aion, il retourna dans la petite
cabane. Meric y était également. Argorn voulut sortir son arme mais la cabane
s’illumina d’une lumière aveuglante. Les rancœurs disparurent un instant et ils
purent ce regarder comme des frères.


«A deux reprises, vous avez chacun désobéis à mes ordres. Je suis l’alpha et l’oméga. Je suis tout et je vous avais
fait confiance. Désormais, les Shinigamis ont perdu ma bénédiction. Vous
errerez en ce monde jusqu’à ce que vos fautes soient racheté, et nul autre que
moi ne décidera de ce moment. Désormais, frères
ennemis, partez, détruisez-vous ou aimez-vous, puisque vous n’êtes pas prêt à m’obéir comme
il se doit, alors je ne m’adresserais plus à vous.»


(Dernière parole d’Aion envers les Shinigamis. Le document était resté enfermé
dans la salle la plus secrètes des archives de Pendémonium mais elle fut un
jour, nul ne sais comment, rendu au derniers Shinigamis.)








Chapitre 3 : la mort d’un héros, la naissance d’une légende





Argorn était effondré. Aion en personne le rejetait pour avoir rêvé de famille
et de joie plutôt que de solitude et de renfermement. Désormais il ne vivrait
plus que pour prendre la vie de celui qui a été son ami, il le traquerait sans
relâche jusqu’à son dernier souffle de vie.


A son retour à Apellbine, aucun de ses hommes ne s’approcha de lui. Ils
voyaient clair en lui, tout était fini. Argorn prit la parole une dernière fois
en ce lieu. Les Shinigamis n’étaient plus, désormais chacun devais repartir de
son côté.






Argorn ne prit aucune affaire avec lui. A peine eut-il dissous sa troupe qu’il
partit hors de la taverne, la tête basse, entouré de ses frère silencieux. On
aurait pu croire à des funérailles.




Argorn erra de nombreux mois, cherchant désespérément le moindre indice sur les
actions et les déplacements de Meric à travers tout Asmodée. Certains
prétendent l’avoir vu dans les abysses, d’autres encore, plus fou peut être,
l’aurait vu sur le territoire Elyséen. Il n’était plus qu’une ombre, marchant
derrière un homme, essayant désespérément de le rattraper sans jamais y
parvenir.


Il fallut attendre vingt longues années pour qu’un anciens Shinigami le reconnaisse.


Il s’appelait Valhator et tenait un petit garçon auprès de lui quand il revit
l’homme pour qui il avait rêvé. Il avait passé vingt ans à le rechercher, vingt
ans à chercher à accomplir son rêve. Quand il revit son ancien chef, le rêve
disparut. La légende, grande et forte, qu’avait été Argorn s’était dissipé au
profit d’un vieil homme barbu vêtu de haillons et dont le corps semblait si fin
que le poids de d’une (ça ne peut pas
être « de l’armure » là, puisqu’il est habillé de haillons pour le
moment)
armure elle-même aurait pu le faire craquer. Face à ce
spectacle, affligeant, il se renda rendit
vite compte que son héros ne reconnut pas son
ancien second. Tel un anonyme, il lui demanda l’hospitalité.


«-Dis Valhator, c’est lui le héros de tes histoires?»


L’enfant avait parlé et tous deux savaient ce que sa
ça (ou « cela » c’est même mieux je pense) signifiait


«-Non petit, le grand Argorn est mort il y a
vingt ans. Cet homme et un itinérant ou un mendiant, mais il n’est pas le héros
que je te conte.»


La soirée fut des plus silencieuses. Chacun entendait le bois de la cabane
craquer, les mouches voler,
son voisin respiré et pourtant, nul ne parla. Le lendemain à l’aube, Argorn était
repartit. Valhator alla voir le petit garçon et lui expliqua qu’il devait partir,
qu’il avait quelque chose d’important à faire mais qu’avant il devait le
déposer chez des amis, dans l’auberge d’Apellbine.


Le vieil homme ne tenait plus l’établissement, emporté par l’âge, apaisé par
Valhator selon les rites. Son fils, malgré son chagrin, l’avait bien prit.
Valhator déposa le petit garçon et partit vite, la tête haute, le corps droit.
Il avait une tâche sacrée à accomplir, il devait réparer les erreurs du passé.


Ce n’est que deux ans plus tard qu’il rentra. Derrière lui, tous ses anciens
compagnons Shinigamis, plus de nouveaux, en tout
ce n’était pas loin de cent soldats, assassins, mages et prêtres qui
l’accompagnaient


«-Les Shinigamis vivront éternellement, avec ou sans la bénédiction d’Aion,
nous poursuivrons notre mission, et nous
poursuivront notre rêve !»


Valhator était décidé à donner au petit garçon l’image du héros qu’il lui
racontait. Il avait créé ce rêve en lui, pensait-il, alors il ne pouvait pas le
décevoir.


La soirée aurait pu être beuverie et décadence, mais chacun pris nouvelle de
l’autre si bien que pour la première fois depuis leur création, les Shinigamis
laissèrent de l’alcool dans le comptoir. A son réveil le lendemain matin,
Valhator découvrit des troupes prêtes et en forme. Les Shinigamis étaient plus
fort que jamais.


Les jours suivants, un nombre incroyable de gens
moururent dans tout Asmodée, et presque autant en Elyséa. A chaque fois, on
trouva une pétale de rose noir (j’aime cette idée de
rose noir, mais cela rappel trop les rites de l’atra rosa dans l’histoire de
Faren, de l’autre guilde rp. Je propose donc de changer ce pétale en plume. Une
plume noire ; Ou alors autre chose je ne sais pas^^)
entre leurs
mains refermées, signe ultime des rites, et mise en garde à l’intention du
traitre Meric.


Meric se mit à paniquer et commettait commit (gardons le même temps dans une même phrase)
de plus en plus d’erreurs. En quelques semaines à peine, il avait entièrement perdu
le contrôle de la situation.


Durant tout ce temps, le jeune garçon qui accompagnait Valhator ce lia
d’affection avec une certaine Sylia. Sylia ne prétendait plus à la jeunesse
mais elle avait aimé Valhator avant la dissolution des Shinigamis. Désormais, à
l’âge où elle devrait être mère, elle n’avait que ce garçon vers qui se tourner
quand son ancien amant ne la convoquait pas pour user de ses talents martiaux
et stratégique.


Un soir qui s’annonçait pourtant ordinaire, Meric débarqua dans la taverne
d’Apellbine. Derrière lui, pas loin de deux cents mercenaires, tous n’étant pas
des frères Shinigamis. Aucun des deux camps
ne prononça le moindre mot, tous jubilait jubilant (je trouve que ça passe mieux comme ça mais ce
n’est que mon avis ;D)
à l’idée que quoi qu’il se passe ce soir-là,
tout serait fini. Le temps était passé depuis le retour des Shinigamis, pas loin
d’une année


Meric sortit un énorme bouclier et un puissant marteau d’arme. Valhator prit sa
guisarme à la main. Chacun des hommes de ce lieu dégaina une arme, parfois
disproportionnée.


La lutte s’engagea alors même que les hommes étaient entassés dans la taverne.
Les murs, les sols et les plafonds ce criblèrent de trace de lame et de brulure
alors même que les premières attaques n’étaient pas fini. Valhator luttait face
à face avec le traitre tout en tentant de mener le combat à l’extérieur. Il
n’avait jamais su quels étaient les arts de Meric mais il s’attendait aux
puissantes attaques aede. Pourtant, il se
retrouva aveuglé par un nuage noir puis différentes attaques magiques vinrent
le frapper. Le gladiateur face au clerc, il savait qu’il devrait être plus
habile que son adversaire sans quoi il n’avait aucune chance de le battre. Chacune
de ses attaques frappait le bouclier indestructible de Meric et chaque attaque
de ce dernier enfonçait un peu plus sa lourde armure de plate, l’étouffant de
plus en plus. Meric contra une nouvelle attaque de Valhator mais frappa de
suite avec son bouclier, renversant son adversaire. Meric leva son arme haut vers
le ciel prêt à en finir. Une ombre lui tomba dessus au dernier moment. De cette
cape brune, l’ombre sortit deux dagues et enchaîna Meric jusqu’à n’en plus
pouvoir. L’énorme bec de corbin du marteau finit par frapper le ventre de l’ombre,
laissant une couler de du (ou « le ») sang à son retrait. L’ombre
tomba en arrière, perdant sa capuche et laissant apparaitre le visage d’un
vieil homme barbu abimé par l’âge.


Meric blemit en reconnaissant son agresseur, et (en
ajoutant cette phrase, cela montre que Meric réagit, qu’il n’est pas
indifférent en reconnaissant son vieil ennemis. Je trouve cela important du
fait que ce sont les premiers fondateurs tout de même^^)
Valhator cria
en reconnaissant voyant
Argorn. Il arracha le haut de son armure et, voyant son arme tombé trop loin, ce
précipita sur les dagues de son vieil ami. Il avait beau ne pas être à l’aise avec,
il profita de la vitesse offerte par ces armes pour attaque Meric de tous les
côtés. Finalement, c’est dans l’interstice du
casque et du col que l’une des lames fit jaillir le sang du traitre. Meric se
tint la gorge un moment, tout en tombant au sol, puis le sang cessa de
s’écouler.


Valhator lâcha ses armes et ce fraillat frayât un chemin vers l’intérieur de l’auberge. Les
combats n’y avaient plus lieu mais les dégâts étaient là. Il retrouva Sylia
ensanglanté mais vivante, assise contre une porte de placard.


«-Le petit est dedans, il est dedans»


A côté gisait le corps de l’aubergiste, inerte.


Les luttes avaient finies au petit matin et seul
une vingtaine de Shinigamis restèrent restaient debout. Nul autre survivant.


Alors que tous ne s’étaient encore regroupé, un
escorte armée fit son apparition à l’avant d’un cortège.


Le chef du ministère de Pendémonium, en personne, avait fait le déplacement.
Valhator alla à sa
rencontrer, priant pour que le pire n’arrive pas. Un homme s’avança et déplia un
magique parchemin. Il se mit à lire.


«-Votre nom nous importe peut, votre être nous
importe
(en enlevant ces deux mots, cela
rend la phrase plus tranchante, enfin je trouve ^^)
encore moins.
Toutefois, vous venez de détruire l’une des meilleures armes secrètes d’Asmodée
et. Vous
avez donc une dette envers le ministère et nous comptons bien vous obliger à vous en acquitter
(c’est plus français comme ça non ?)
. Meric nous a parlé de votre
«rôle» et nous savons que vous êtes des déchus parmi les déchus. Si vous
comptez garder votre existence secrète, nous vous assurons que nous trouverons
bien un accord.»


(Copie du texte original nous ayant été transmise
transmis par l’aimable zone des archives de
Pendémonium que nous remercions de sa générosité)


Le cortège repartit et Valhator sentait sentit une immense frustration l’envahir. Il avait
repris une lutte désespéré pour sauver les âmes de tous ses frères, et il avait
l’impression que tout ne fut que futilité, que ses actions n’avaient servies à
rien.


Le petit garçon vint le voir


«-C’était ce vieux monsieur qui t’a sauvé le héros de tes histoires?»


«-Oui petit, c’était ce vieux monsieur.»





Durant la nuit, Valhator fut réveillé par une lumière. Alors qu’il était seul
dans la pièce, la lumière ce
fit de plus en plus aveuglante, sans avoir de source, puis elle disparut.


Le lendemain matin, Valhator promis à ses hommes qu’il se battrait pour ses
idéaux, quoi qu’il arrive.








Chapitre 4 : le poids des âges





Le petit garçon avait bien grandit depuis la mort de Meric et d’Argorn.
Désormais adulte, il dirigeait les Shinigamis au combat tandis que Valhator les
dirigeait politique et Sylia préparait les batailles. Depuis la nuit du combat,
aucun des deux ne reprit les armes. Valhator disait que son temps était passé,
qu’il n’était plus fait pour guerroyer mais ce contenterait d’apaiser les âmes,
Sylia, quant à elle, y avait perdu un œil et sa jambe gauche était resté raide.
Les ruines de la taverne n’avaient jamais bougé. Le gouvernement avait la main
mise dessus et l’avait mis en vente, mais nul ne l’acheta.


Depuis tout ce temps, le gouvernement lui-même avait changé pour de nouveaux
hommes. Alors qu’au début les Shinigamis étaient envoyé dans de multitudes de
missions dangereuses, cherchant probablement à les décimer, ils étaient
désormais une troupe d’élite n’agissant qu’occasionnellement dans certains cas
de force majeur. Ce nouveau statut avait renforcé leur moral même si il n’était
plus aussi nombreux qu’autrefois, tous justes cinquante individus.


Le petit garçon devenu adulte portait désormais le nom de Jewal.


Jewal était un rodeur émérite. Avant chaque mission, il savait où aller pour
trouver des informations sur les lieux, puis partait les explorer
silencieusement, parfois dans les camps ennemis eux même. Parmi tous, il était
devenu une ombre, invisible une fois la nuit tombé.


Valhator convoqua les Shinigamis.
Il leur expliqua que le gouvernement aurait une
possible piste sur un espion Elyséen dans les rangs Asmodiens et qu’on leur
avait demandé d’enquêter. D’après le gouvernement, l’espion aurait pris la
route pour Sanctum. Ce serait un Shugo. La quête s’annonça hardu mais un petit
groupé d’élite pourrait facilement passer la zone au crible pour trouver des
informations. De plus, Valhator
annonça que le document qu’il tenait entre ses main permettait de fouiller intégralement
les demeures de chaque shugo et chaque personne en ayant accueilli sur simple présentation (je comprends mal la fin de ta phrase « en ayant
accueilli sur simple présentation », tu veux dire qu’on peut rentrer
partout sur simple présentation du document c’est ça ?)
.


En effet, l’heure s’annonçait grave pour que de telles mesures soient prises.


Sylia commença par envoyer ses gros bras mener l’enquête. Le système s’avéra se révéla (je
remplace pour évité la répétition du verbe par rapport à la phrase suivante)

payant car moins de six heures plus tard, les premières pistes apparurent.
Après rapprochement de plusieurs informations, il s’avéra que l’espion aurait
quitté la ville sous le prétexte d’un déplacement commercial cinq jours plus
tôt. Ca Cela
(plus joli je trouve)
signifiait qu’il serait en Elyséa dans moins de
trois jours mais que dans ce cas, il ne pourrait passer que par une seule
route. Il fallait également faire vite car même si
ils
s’ils (c’est plus français) ne pourraient
(ou « pouvaient » là je ne sais pas ^^)
le rattraper avant qu’il ne quitte le territoire Asmodéen, ils ne devaient pas
le laisser pénétrer dans Sanctum, capitale Elyséenne, sans quoi la mission
aurait de sérieuses chances d’échouer.


Jewal était chargé de (« de la » ?) mission.
Il serait accompagné d’une élite formé d’un templier, d’un
spiritualiste et d’un clerc.


A peine les adieux prononcé, le petit groupe prit la route de la frontière.


Trois jours plus tard, ils étaient en territoire Elyséen, là où nul secours ne
pourrait les aider et où nul être ne leur seraient amical. Ils étaient passés
de prédateur asmodéen à proie élyséenne. Marchant dans la forêt, rampant dans les près, ils avançaient en territoire
ennemi à la recherche d’un ennemi dont ils n’avaient qu’une vague idée.
Rechercher un shugo marchant n’est pas dur, mais seuls
quelques détails comme la qualité des coutures des vêtements ou la couleur de
la boue accroché
sur les chaussures ou le sac pourraient faire la
différence. Autant dire rien du tout.


Ce fut à moins de deux cent kilomètres de Sanctum que le shugo en question
apparut enfin. La pâleur de ses poils disait qu’il avait passé un long moment à
l’ombre et ses vêtements montraient qu’ils n’avaient pas étés changés depuis un moment. Jewal le prit en filature
pendant que son groupe s’installait dans une cabane abandonné plus en avant. Il
réussit à coincer l’individu dans une ruelle d’un petit village. Usant de
chloroforme, il endormit le shugo sans qu’aucun des deux n’émette le
moindre son et rejoignit ses frères.


Aucun des quatre membres du petit commando Shinigami ne parla jamais de
l’interrogatoire. Tout ce qu’ils dirent fut que l’aura du shugo montrait que
son heure était venu et que les rites avaient été pratiqués.


Jewal ne comprenait pas. Tout indiquait que ce shugo était celui qu’il
cherchait, de plus il était le seul à venir d’Asmodéa, alors pourquoi n’étais
ce pas lui? Ils comprirent vite le pourquoi du comment quand une patrouille
Elyséenne entra en ville. Ils recherchaient un groupe de quatre Asmodéens venus assassiner un marchant Shugo. Jewal sortit de la
cabane et tendit
(« tendit » ne veut rien dire là^^)
ce faufila sur les toits.
Les oreilles tendues, il écoutait ce qui se disait. L’ordre était tenu des plus
hautes instances Elyséennes et était tenu d’un
espion qui sévissait encore en Asmodéa. Jewal ne perdit pas de temps et alla
prévenir ses frères. Ils n’avaient que peu de temps pour nettoyer les traces de
l’interrogatoire et fuir, sans quoi, les représailles Elyséennes pourraient
être sanglantes.


En effet, la guerre multiséculaire qui opposait les deux camps n’avait jamais
impliqué les Shugos qui ont toujours été libres de leurs déplacements, et un
Asmodéen qui assassine un Shugo en plein territoire Elyséen représenterait une
grave trahison et la possibilité de couper Asmodéa de leurs principaux
marchant. Autrement dit, ce serait terrible.


Aucun Asmodéen ne fut jamais incriminé et le corps du Shugo ne fut jamais
retrouvé.


Les pierres de retours, récemment mises au point, permirent aux Shinigamis de
rentrer rapidement à Pendémonium où la situation fut expliqué à Valhator qui
s’empressa de faire un rapport au gouvernement. Une enquête interne fut ouverte
et le traitre, l’un des ministres, fut arrêté. Les interrogatoires ne permirent
de découvrir les raisons de la trahison, mais tout danger était désormais
écarté.


Valhator récompensa le commando qui avait pris tant de risque en nommant chacun
d’entre eux centurion. Désormais, les Shinigamis seraient représenté par un
chef ayant à ses coté un centurion de chaqu’une chacune des quatre classes.


Trente ans plus tard, un mystérieux mal frappa Valhator. Le shinigami ne
pouvait plus sortir ses ailes et sa santé ce dégrada très rapidement. Il
semblait que le Daeva redevint humain. Le gouvernement fut immédiatement
avertit et mena une enquête auprès de ses espions en Elyséa. Le pire arriva:
les Elyséen avaient mis au point une arme capable de supprimer le rang divin.


L’année suivante, toutes les forces secrètes D’Asmodéa œuvrait à trouver le
lieu où l’arme était cachée. Durant ce même laps de temps, de nombreux généraux
de l’armée asmodienne tombèrent dans le même état que Valhator.


L’arme fut trouvée dans une forteresse abyssale. Asmodéa envoya toutes ses meilleures
légions pour détruire ce lieu. Les Shinigamis furent commandé par Sylia. Malgré
son état, elle ne voulait pas rester en dehors de cette histoire et repris les
armes pour une ultime bataille. Alors que l’assaut allait être porté, deux
Asmodiens arrivèrent, portant Valhator avec eux.


«Sylia, pour une dernière bataille»


Il ne se faisait pas d’illusion. Son état ne lui permettrait plus d’atteindre
le rang divin, mais il pouvait toujours tenir sa guisarme. Jewal se mit à côté
de lui et lui pris le bras.


Le bouclier tomba.


L’assaut fut lancé et les forces asmodiennes
pénétrèrent rapidement à l’intérieur de la base élyséenne. Jewal et Sylia
transportaient Valhator au-dessus des portes et le lâchèrent en plein champ de
bataille. Sylia le rejoint immédiatement alors que Jewal et les autres Shinigamis
s’enfonçaient plus profondément, là où les armes de défenses étaient situées.
Quand Jewal regarda en arrière, il put distinguer les silhouettes de Sylia et
de Valhator.


Aucune larme ne coula sur ses joues. Il sourit. Jewal cria et fonça tel un
boulet de canon sur les armes Elyséenne, frappant directement le cœur de la
résistance ennemi.


Les uns après les autres, les Asmodéens
tombaient, mais toujours, d’autres venaient les remplacer. Bientôt, les ailes
blanches disparurent au profit des ailes noires.



Les portes de la forteresse enfoncées, les
troupes découvrirent une machine infernale. On pouvait y distinguer des cuves
emplit de prisonniers Asmodéens. L’une d’elle ce referma dans un bruit de grincement,
on entendit des cris puis, plus rien. Un nouveau bruit sourd, semblable à une
détonation gronda puis la cuve se rouvrit. Il
n’y avait plus que des cendres. Jewall voulu sortir ses ailes mais ne réussit
pas. Toute la salle tenta, mais aucun ne réussit.


Tout devint clair. La vitalité des asmodéens
était consumée par la machine pour détruire l’immortalité des Daevas. Les
soldats entassèrent tous les objets magiques dont ils disposaient à l’intérieur
de la salle et un mage concentra sa magie pour tout faire exploser. Les (Je mettrais plutôt « Des ») prisonniers
Elyséens furent emporté lors du retour sur Asmodéa.


Le gouvernement renvoya les prisonnier en Elyséa avec comme messages : regardez
ce que vous leur avait avez fait.


Aucun autre projet du genre ne fut jamais relancé.


Jewal fut convoqué auprès de l’assemblée avec les Shinigamis restant. Sept
Shinigamis, dont un seul possédant encore le rang divin ce présentèrent.


Le gouvernement offra offrit, en dédommagement, la taverne détruite
d’Apellbine au survivant, en mémoire de leur sacrifice.


«Ce lieu fut jadis votre lieu de repos, l’endroit où vous veniez vous
rassembler et former, selon feu Argorn, une famille. Vous êtes libre de la
reconstruire ou de l’oublier, mais désormais, Apellbine est à vous.»


(Copie d’un morceau du parchemin numéro 825DG3 traitant du remerciement du
sacrifice des Shinigamis, archives publique de Pendémonium)


Les shinigamis savaient leurs temps conté compté. Le dernier Daeva de leur rang eut pour
mission de trouver de nouveau membres. Pendant ce temps, les désormais «humains»
décidèrent de reconstruire Apellbine, plus belle que jamais.


Même si les Shinigami furent sauvés, aucun
d’entre eux ne vit Apellbine ce relevé relever car le mal qui les accablait les emporta
trois ans plus tard.


La nuit de la mort de Jewal, il est dit qu’une aveuglante lumière apparut dans
sa chambre. Quand ses frères entrèrent, elle avait disparue.
Revenir en haut Aller en bas
Darthorigin
Admin
avatar

Messages : 457
Réputation : 1
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 62
Localisation : Entre nulle part et ailleurs...

MessageSujet: Re: BG de la légion   Lun 9 Aoû - 20:27

WOW ! Sublime !
La je vous dis chapeau !
Bon, bah je suis pas dispo mercredi, ni samedi(enfin pas sur pour samedi).
Donc quand t'as besoin, je suis là.
Comme certains le savent le BG de Darth est fini depuis un petit moment mais j'hésite encore à le poster.
Donc je vais essayer de vite me décider.

____________________


Revenir en haut Aller en bas
http://shinigami.guildealliance.com
Haribo

avatar

Messages : 157
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 28
Localisation : Seine et Marne

MessageSujet: Re: BG de la légion   Lun 9 Aoû - 22:19

Arf je viens de me rendre compte que les mots que j'avais raillés ne le sont pas... Bon bah au moins ils sont en rouge a côté du mot qui le remplace, c'est déjà ça...
Revenir en haut Aller en bas
kazer

avatar

Messages : 296
Réputation : 2
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 27
Localisation : Saint Nazaire

MessageSujet: Re: BG de la légion   Lun 9 Aoû - 22:59

jolie haribo =) là, je dois avouer que je suis épaté car rare sont ceux qui ce sont donné autant de mal pour me critiquer, et ça fait vachement plaisir

Je vais réécrire les passages que tu as modifié et mettre entre parenthèses les raisons de mes choix

Ensuite, je vais essayer d'écrire en étant moins fatigué (écrire après une nuit blanche, on voit le résultat sur le premier chapitre)

et pour les oublis de lettres, ne m'en veut pas, j'ai le clavier qui meurt (les touches qui deviennent affreusement dure)
Revenir en haut Aller en bas
Haribo

avatar

Messages : 157
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 28
Localisation : Seine et Marne

MessageSujet: Re: BG de la légion   Lun 9 Aoû - 23:53

Je me doutait pour la fatigue^^. Mais bon pour ce qui est fautes d'orthographes ou de frappes bah on s'en fiche un peut c'est pas le définitif là^^ (quoique bientôt... Very Happy).

En tout cas je suis content que tu apprécies! Peut de gens aiment qu'on leur montre des tournures de phrases différentes sur leur propre récit (je me suis déjà fait incendié une ou deux fois XD)
Revenir en haut Aller en bas
kazer

avatar

Messages : 296
Réputation : 2
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 27
Localisation : Saint Nazaire

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mar 10 Aoû - 0:43

D'un coté, si je m'entête à suivre mes idées sans chercher l'aide des autres pour les améliorer, je ne vais jamais progresser ^^'


J'ai tout corrigé en suivant tes idée. j'ai mis entre parenthèse et en italique les raison des changement (ou non dans certains cas)








Chapitre 1: La bataille de
Patamor, rencontre de deux premiers shinigamis





Nul n'aurait pu prédire l'avenir.


Les Shinigamis œuvraient en
solitaires depuis fort longtemps. Capables de distinguer la force d'une aura
autour des habitants d'Atreia, ils doivent garantir le voyage de chacun vers
l'autre monde, leur retour au père fondateur: Aion.


Leurs ordres étaient simples.
Durant leur enfance, ils rêvaient. Ces rêves sans souvenir convoquaient les
jeune Shinigamis dans le royaume d'Aion et leurs apprenaient tout ce qu'ils
avaient à connaitre sur leur rôle, leur métier, leur être. Certains pensent
avoir rencontré le dieu Aion dans l'au-delà, d'autres estiment que ce n'étaient
qu'un de ses général, toujours est-il que c'est dans ce monde immatériel qu'ils
ont été formé.


-"A partir du moment où une
aura s'assombrit, l'âme peut être récupéré. Toutefois, faites attention car
votre fardeau et réel, nul ne doit le découvrir". (J’ai mis peut car certains ont des choses à faire avant de mourir. Les
Shinigamis restent humain dans un sens)



Cette phrase était encrée dans
leur esprit aussi profondément qu'une flèche de rodeur asmodéen dans le torse
d'un élyséen.


Pendant longtemps, les Shinigamis
ne répondaient à aucun ordre extérieur, accédant pour la plupart au rang des Daevas.
(J’ai rajouté le «extérieur», c’était un
oubli)



Lors de la bataille du maquis de
Patamor, une armée élyséenne était parvenue à franchir les remparts et
campaient à proximité de l'habitat des Spriggs. Le gouvernement asmodien envoya
tout daeva capable de se battre pour les arrêter. Peut répondirent à l'appel,
du fait probable de nombreuses attaques elyséennes en cours sur tout le
territoire asmodéen


En final, ce ne fut qu'une
quinzaine d'individus qui se retrouvèrent face à une centaine d'élyséens.


Un jeune général rodeur
prometteur prit le commandement des troupes et élabora une stratégie durant la
nuit.


-Nous ne chercheront pas à tous
les tuer, mais nous devront les faire fuir, coute que coute.


La stratégie était osée car le
moral elyséen ne pouvait qu'être supérieur au leur et si un seul asmodien
craquait, tous pouvaient y laisser la vie. Mais personne ne craqua.


Le lendemain, quand les troupes
élyséennes eurent passé le pont, s’approchant du col de Patamor, les premiers
asmodiens s'élancèrent des falaises, discrètement, pour prendre place. Pendant
ce temps, cinq autres asmodiens descendirent le col à pied pour aller à la
rencontre des élyséens, et ainsi attaquer sur deux fronts. Deux gladiateurs, un
clerc, un templier et un mage, sans aucune possibilité de renfort engagèrent alors
un combat désespéré face à plusieurs dizaines d'élyséens. Et ils tinrent.


L'attaque à revers porta
également. Les assassins frappaient vite, les rodeurs décochaient des hauteurs,
les mages envoyaient leurs avatars et leurs sorts sur des troupes désorientées,
terrassant de nombreux élyséens durant les premières minutes.


Une flèche atteint le seul clerc
du groupe qui perdit connaissance. Privé de soins, le groupe de l'attaque de
face fut rapidement submergé. Un gladiateur ce vit les mains tranchées par une
attaque furtive puis transpercé de toute part. Les autres ne pourraient alors
plus tenir longtemps.


A l’arrière, les choses
n'allaient pas mieux. Les troupes commençaient à riposter et les assassins,
sous pression, perdaient leur concentration et commettaient de plus en plus
d'erreur. Deux d'entre eux tombèrent sans ce relevé, un troisième tenta de
ramper mais la masse d'un aède lui fracassa le dos. Le dernier assassin debout
tenta le tout pour le tout. Dans un ultime assaut, il enfonça les rangs ennemis
avec toute l'énergie du désespoir, faisant autant de dégâts qu'un assaut
templier. Les mages et les rodeurs ne le virent pas ressortir. Le commandant
laissa tomber son arc et attrapa les deux dagues accrochées à sa ceinture. (Le «de» templier et inutile car on peut
parler d’un assaut fait par des templiers (un assaut de templier) ou un assaut
d’origine templier (un assaut templier). Ce que j’exprime c’est la façon de
combattre, c’est-à-dire tenir et enfoncer les rangs petit à petit)



«-Pour Asmodéa!»


La faible troupe chargea vers une
mort certaine, espérant des renforts qui, ils le savaient, n'arriveraient
jamais.


Les mages ce lancèrent les
premier dans les troupes ennemis, canalisant toute leur énergie dans de
puissantes attaques. Plusieurs ne supportèrent pas la puissance de toute cette
magie, leurs mains explosèrent pour avoir canalisé plus qu'ils ne pouvaient.
Les rodeurs, peut habile au combat rapproché, ce lancèrent sur les clercs
élyséens et eurent le temps d'en emporter beaucoup avec eux.





Les troupes élyséennes furent
décimées par une élite asmodienne ayant fait le sacrifice de leur vie pour leur
patrie. Sur la centaine d'élyséens, seuls une soixantaine resta debout,
épuisée.





Le son d'un cor de chasse
raisonna, vite entretenue par des tambours battant. Asmodée envoyait enfin de
véritables troupes pour une bataille déjà fini. Les élyséens, fuirent avant
même d'entrevoir les renforts adverse.


Un seul homme descendit du col,
un jeune qui était resté en retrait toute la bataille selon les instructions du
général. (Erreur de ma part, j’ai
tendance à m’imaginer les scènes en les écrivant et dans ma tête j’avais un
retour arrière sur la bataille, et non un souvenir)



-Quand tu entendras les cris de
victoire des élyséens, emmènes ce troupeau avec toi et fait sonner le cor de
chasse de la ville. Joue également de ce tambour. Et pris pour que les élyséens
croient à des renforts. (Pour le
troupeau, là n’est pas le problème, chacun peut imaginer en fonction de ses
connaissances en Aion. J’ai préféré ne pas donner de nom justement pour ne pas
citer une mob que certains joueurs ne connaitront pas forcément)



Devant l'ampleur du massacre, le
jeune homme ce rua à la recherche de survivant. Il trouva deux autres compagnons
vivant mais mal au point. Il les soigna tant bien que mal. (je préfère deux
autres à quelques pour la simple raison qu’ils ne sont que trois survivant)


-Leur heure n'était pas venu!
cria l'un deux


-Arrête, intervint le deuxième,
ne raconte pas n’importe quoi, personne ne peut dire ça.


-Si, dis calmement le troisième,
moi je le peux.


-Alors toi aussi tu vois les
auras? Toi aussi tu es...


-... Oui, le coupât-il nettement.


- Hey, racontez-moi ce qu'il se
passe.


-Après tout, il est un frère
d'arme, Aion ne nous en voudra peut être pas.


La situation expliqué, les deux
premiers shinigamis c'étaient rencontré et étaient devenu frère. L'asmodien
leur fit serment de ne jamais dévoiler leur secret et partit dans a propre
direction. Les shinigamis, quand à eut, suivirent le même chemin et décidèrent
de fêter leur rencontre, et leur vie sauve, à la taverne du fort de Morheim.




































































Chapitre 2 : La trahison
d’un homme





Plusieurs mois c’étaient écoulés
depuis le massacre de Patamor. Les deux Shinigami ne s’étaient pas quitté. L’un s’appelait
Meric, l’autre Argorn, et tous deux étaient frère.


Ensemble, ils avaient vu la mort
de près et ensemble, ils avaient découvert qu’ils n’étaient pas seuls.


Meric et Argorn avaient décidé de
traquer dans Pendémonium durant quelques temps. Les horreurs de la guerre
hantaient leurs esprits, ils cherchaient un endroit où être en sécurité. Ils
étaient habitués pourtant à prendre des vies, ils en prenaient une dizaine
certains jours, mais leur heure était venue. Dans une guerre, il n’est pas
question d’heure, ni de destiné, il est juste question d’animosité. (Les rimes en «é» sont très facile car les
verbes du premiers groupe sont les plus utilisés)



Toutefois, leur vie changea une
nouvelle fois le soir où ils traquaient un Daeva malade qui aurait dû quitter
ce monde il y a fort longtemps. Les deux Shinigamis suivaient l’homme,
cherchant un lieu sombre où lui apporter la paix. Les toits leurs permirent de
ce fondre comme des ombres, suivant leur cible rue après ruelles, heures après
heures, dans ce qui semblait être une marche sans fin. Au détour de la ruelle
la plus sombre de la ville, ils perdirent le mourant de vue une seconde.


Une seconde.


C’est le temps qu’il a fallu pour
qu’un autre Shinigami exécute les rites.


Meric et Argorn crurent d’abord à
un criminel qui l’aurait tué pour une étrange raison, mais l’homme était penché
sur le cadavre, les bras en croix, le regard vers le sol, et psalmodiait
dans une langue qui leur était étrangère mais comprise. Meric sauta du toit et
se présenta à son frère qu’il venait de rencontrer.


«Azphelumbra, frère. Les lignes
de la vie me sont enseignées. Sais-tu les lires?»


Ces quatorze mots devinrent le
signe de reconnaissance des Shinigamis. Désormais, ils savaient comment ce
rencontrer à travers une chasse commune, ils savaient comment se reconnaitre
sans même se différencier des autres.


Argorn resta de marbre, dressé
sur le haut du toit, ailes déployées, il était la magnificence d’une ombre
entre un homme et le clair de lune. Visible et invisible, il voyait son rêve ce
réaliser, il rencontrait enfin un autre frère, le deuxième d’une longue série. (je garde la tournure de «il était» car trop
embellir la phrase m’obligerait à réécrire tout le texte pour qu’elle ne fasse
pas tâche. Après, chacun ses gouts)



Durant les trois années suivantes,
les Shinigamis se retrouvèrent les uns les autres.


Chacun commençait par chercher un
être dont l’heure de la mort était dépassé et le traquait, des jours, des fois
des semaines tout en espérant qu’un de leur frère isolé finirait par l’apaiser
par le biais des rites éternels transmis par Aion au Shinigamis. Quand
l’évènement arrivait enfin, ils se présentaient à leur frère et répétaient les
paroles de Meric avant de les accompagner à Apellbine, modeste taverne où
chaque Shinigami pouvait enfin partager
sa vie avec ses frère, rire avec eux, les écouter parler… tout ce que
signifiait le mot famille «famille» s’y trouvait. (Ainsi, la phrase donne peut être mieux)


En moins de cinq ans, Argorn
avait rassemblé plus d’une cinquantaine de Shinigamis venant de tout Asmodée.
Le groupe avait de plus en plus de mal à rester discret, l’alcool servit à la
taverne n’arrangeant rien à la chose. Fort heureusement, le tavernier était
devenu un ami, père du garçon à qui ils avaient offert leur secret bientôt six
ans plus tôt.


Un soir, Maric emmena Argorn à l’extérieur
pour lui parler d’une chose qui dévisagerait les Shinigamis à jamais.


«Tu sais qu’il est dure pour nous
de subvenir à la taverne. Il faut qu’on se fasse de l’argent et vite et pour ça
j’ai une solution.»


Maric proposa du mercenariat.


Les Shinigamis livrés à eux même
en avaient souvent recours pour vivre mais un groupe entier de plus de
cinquante individus, c’était autre chose, autre chose de bien plus visible


Dans un premier temps, Argorn
refusa très simplement cette idée. Il la jugeait dangereuse pour eux, disant
que ça les exposerais trop à la lumière du jour. Meric, quant à lui, était bien
décidé à faire passer cette idée auprès de ses frères. Il rentra dans la taverne,
monta sur le comptoir et entama un discourt, malheureusement perdu aujourd’hui
dans la salle des archives interdites de Pendémonium.


Argorn entra dans une fureur
inimaginable. Il grimpa sur le comptoir et, dans toute sa rage, porta un coup
de poing sur Meric qui le fit s’écrouler. Il passa ses jambes au-dessus de lui,
ce mis à genoux en bloquant ses bras et le frappa encore et encore. Dans la
salle, l’acte fut lourd de conséquence. Certains virent cet acte comme une
prise de pouvoir d’Argorn, d’autre virent dans sa colère la raison de tout une
cause. Le groupe scindé en deux, une bataille générale s’engagea. Quand les
choses ce calmèrent enfin, Meric partit suivit de nombreux Shinigamis. (pour la dernière phrase, j’utilise le maj
auto de word, et comme le . n’est pas passé, ben il n’y a pas de maj ^^’)



Argorn déclara l’acte de trahison
et l’ordre fut donner: anéantir les traitres pour le bien du groupe.


Le trois années suivantes, Meric
agit en mercenaire. Lui et son groupe passèrent plus de temps à ce vendre aux
riches pour de l’argent qu’à apporter la paix des rites aux âmes de ce qui
auraient dû trépasser.


Argorn et ses Shinigamis durent
laisser une partie de leur rôle de côté pour traquer les traitres, laissant de
plus en plus d’âmes errer dans leur condition de misère. Il se rendait enfin
compte que si Aion ne voulait pas que les Shinigamis se rejoignent, il y avait une
bonne raison dont un seul mot lui venait à l’esprit pour la définir :
cohésion.


Un jour, après un temps qui leur
parut infini, Argorn découvrit ce qu’il craignait. Meric s’était allié à l’état
de Pendémonium et avait formé une légion secrète, maitre dans l’assassinat.
Argorn tomba à genoux en apprenant cette nouvelle. Ses hommes étaient là pour
le réconforter, mais il savait qu’avoir rêvé à des Shinigamis unis était
l’erreur de sa vie. Il passa un jour et une nuit à prier Aion, isolé dans une
cabane à l’écart de la ville. Ce n’est qu’une fois endormis qu’il eut une
réponse.


«Dans trois jours, reviens ici,
seul, mais d’ici là, fais en sorte que chaque Shinigami parte de son côté et ne
se revoit jamais.»


Argorn retourna à la taverne
d’Apellbine et vit une troupe heureuse de son retour. Pendant les trois jours
suivant, il chercha comment annoncer la volonté d’Aion à ces hommes et ces
femmes qui comptaient sur lui plus que tout au monde, qui voyaient en lui un
chef et un père. Jamais il ne leur annonça la volonté du Dieu tout puissant.





Le troisième jour, conformément à
la volonté d’Aion, il retourna dans la petite cabane. Meric y était également.
Argorn voulut sortir son arme mais la cabane s’illumina d’une lumière
aveuglante. Les rancœurs disparurent un instant et ils purent ce regarder comme
des frères.


«A deux reprises, vous avez
chacun désobéis à mes ordres. Je sus l’alpha et l’oméga. Je suis tout et je
vous avais fait confiance. Désormais, les Shinigamis ont perdu ma bénédiction.
Vous errerez en ce monde jusqu’à ce que vos fautes soient racheté, et nul autre
que moi ne décidera de ce moment. Désormais, frères ennemis, partez,
détruisez-vous ou aimez-vous, puisque vous n’êtes pas prêt à m’obéir comme il
se doit, alors je ne m’adresserais plus à vous.»


(Dernière parole d’Aion envers
les Shinigamis. Le document était resté enfermé dans la salle la plus secrètes
des archives de Pendémonium mais elle fut un jour, nul ne sais comment, rendu
au derniers Shinigamis.)





















































Chapitre 3 : la mort d’un héros, la naissance d’une légende





Argorn était effondré. Aion en
personne le rejetait pour avoir rêvé de famille et de joie plutôt que de
solitude et de renfermement. Désormais il ne vivrait plus que pour prendre la
vie de celui qui a été son ami, il le traquerait sans relâche jusqu’à son
dernier souffle de vie.


A son retour à Apellbine, aucun
de ses hommes ne s’approcha de lui. Ils voyaient clair en lui, tout était fini.
Argorn prit la parole une dernière fois en ce lieu. Les Shinigamis n’étaient
plus, désormais chacun devais repartir de son côté.


Argorn ne prit aucune affaire
avec lui. A peine eut-il dissous sa troupe qu’il partit hors de la taverne, la
tête basse, entouré de ses frère silencieux. On aurait pu croire à des
funérailles.


Argorn erra de nombreux mois,
cherchant désespérément le moindre indice sur les actions et les déplacements
de Meric à travers tout Asmodée. Certains prétendent l’avoir vu dans les
abysses, d’autres encore, plus fou peut être, l’aurait vu sur le territoire
Elyséen. Il n’était plus qu’une ombre, marchant derrière un homme, essayant
désespérément de le rattraper sans jamais y parvenir.


Il fallut attendre vingt longues
années pour qu’un anciens Shinigami le reconnaisse.


Il s’appelait Valhator et tenait
un petit garçon auprès de lui quand il revit l’homme pour qui il avait rêvé. Il
avait passé vingt ans à le rechercher, vingt ans à chercher à accomplir son
rêve. Quand il revit son ancien chef, le rêve disparut. La légende, grande et
forte, qu’avait été Argorn s’était dissipé au profit d’un vieil homme barbu
vêtu de haillons et dont le corps semblait si fin que le poids d’une armure aurait
pu le faire craquer. Face à ce spectacle, affligeant, il se rendit vite compte
que son héros ne reconnut pas son ancien second. Tel un anonyme, il lui demanda
l’hospitalité. (Pour le coup des
haillons, j’avais en tête un homme revêtit d’une armure par-dessus de laquelle se
trouvait une couche de haillons, mais je n’ai pas trouvé comment tourner la
phrase)






«-Dis Valhator, c’est lui le
héros de tes histoires?»


L’enfant avait parlé et tous deux
savaient ce que ça signifiait. (Le cela et
trop formel je trouve, ça me plait pas ^^’)



«-Non petit, le grand Argorn est
mort il y a vingt ans. Cet homme et un itinérant ou un mendiant, mais il n’est
pas le héros que je te conte.»


La soirée fut des plus
silencieuses. Chacun entendait le bois de la cabane craquer, les mouche voler,
son voisin respiré et pourtant, nul ne parla. Le lendemain à l’aube, Argorn
était repartit. Valhator alla voir le petit garçon et lui expliqua qu’il devait
partir, qu’il avait quelque chose d’important à faire mais qu’avant il devait
le déposer chez des amis, dans l’auberge d’Apellbine.


Le vieil homme ne tenait plus
l’établissement, emporté par l’âge, apaisé par Valhator selon les rites. Son
fils, malgré son chagrin, l’avait bien prit. Valhator déposa le petit garçon et
partit vite, la tête haute, le corps droit. Il avait une tâche sacrée à
accomplir, il devait réparer les erreurs du passé.


Ce n’est que deux ans plus tard
qu’il rentra. Derrière lui, tous ses anciens compagnons Shinigamis, plus de
nouveaux, en tout ce n’était pas loin de cent soldats, assassins, mages et
prêtres qui l’accompagnaient


«-Les Shinigamis vivront
éternellement, avec ou sans la bénédiction d’Aion, nous poursuivons notre
mission, et nous poursuivront notre rêve !»


Valhator était décidé à donner au
petit garçon l’image du héros qu’il lui racontait. Il avait créé ce rêve en
lui, pensait-il, alors il ne pouvait pas le décevoir.


La soirée aurait pu être beuverie
et décadence, mais chacun pris nouvelle de l’autre si bien que pour la première
fois depuis leur création, les Shinigamis laissèrent de l’alcool dans le
comptoir. A son réveil le lendemain matin, Valhator découvrit des troupes
prêtes et en forme. Les Shinigamis étaient plus fort que jamais.


Les jours suivants, un nombre
incroyable de gens moururent dans tout Asmodée, et presque autant en Elyséa. A
chaque fois, on trouva une gravure en forme de plume entre leurs mains
refermées, signe ultime des rites, et mise en garde à l’intention du traitre Meric.
(Le coté éternel de la pierre, une tradition juive qui me fascine)


Meric se mit à paniquer, commettant
de plus en plus d’erreurs durant ses contrats. En quelques semaines à peine, il
avait entièrement perdu le contrôle de la situation.


Durant tout ce temps, le jeune
garçon qui accompagnait Valhator ce lia d’affection avec une certaine Sylia.
Sylia ne prétendait plus à la jeunesse mais elle avait aimé Valhator avant la
dissolution des Shinigamis. Désormais, à l’âge où elle devrait être mère, elle
n’avait que ce garçon vers qui se tourner quand son ancien amant ne la
convoquait pas pour user de ses talents martiaux et stratégique.


Un soir qui s’annonçait pourtant
ordinaire, Meric débarqua dans la taverne d’Apellbine. Derrière lui, pas loin
de deux cents mercenaires, tous n’étant pas des frères Shinigamis. Aucun des
deux camps ne prononça le moindre mot, tous jubilant à l’idée que quoi qu’il se
passe ce soir-là, tout serait fini. Le temps était passé depuis le retour des
Shinigamis, pas loin d’une année


Meric sortit un énorme bouclier
et un puissant marteau d’arme. Valhator prit sa guisarme à la main. Chacun des
hommes de ce lieu dégaina une arme, parfois disproportionnée.


La lutte s’engagea alors même que
les hommes étaient entassés dans la taverne. Les murs, les sols et les
plafonds ce criblèrent de trace de lame et de brulure alors même que les
premières attaques n’étaient pas fini. Valhator luttait face à face avec le
traitre tout en tentant de mener le combat à l’extérieur. Il n’avait jamais su
quels étaient les arts de Meric mais il s’attendait aux puissantes attaques
aede. Pourtant, il se retrouva aveuglé par un nuage noir puis différentes
attaques magiques vinrent le frapper. Le gladiateur face au clerc, il savait
qu’il devrait être plus habile que son adversaire sans quoi il n’avait aucune
chance de le battre. Chacune de ses attaques frappait le bouclier
indestructible de Meric et chaque attaque de ce dernier enfonçait un peu plus
sa lourde armure de plate, l’étouffant de plus en plus. Meric contra une
nouvelle attaque de Valhator mais frappa de suite avec son bouclier, renversant
son adversaire. Meric leva son arme haut vers le ciel prêt à en finir. Une
ombre lui tomba dessus au dernier moment. De cette cape brune, l’ombre sortit
deux dagues et enchaîna Meric jusqu’à n’en plus pouvoir. L’énorme bec de corbin
du marteau finit par frapper le ventre de l’ombre, laissant une couler de sang à son retrait. L’ombre
tomba en arrière, perdant sa capuche et laissant apparaitre le visage d’un
vieil homme barbu abimé par l’âge.


Meric sourit, Valhator cria. Argorn,
le fondateur des Shinigamis n’était plus. Alors que l’un se régalait de ce
moment, l’autre arracha le haut de son armure. Valhator lança un rapide coup d’œil
autour de lui et, voyant son arme tombé
trop loin, ce précipita sur les dagues de son vieil ami. Il avait beau ne pas
être à l’aise avec, il profita de la vitesse offerte par ces armes pour attaque
Meric de tous les côtés. Finalement, c’est dans l’interstice du casque et du
col que l’une des lames fit jaillir le sang du traitre. Meric se tint la gorge
un moment, tout en tombant au sol, puis le sang cessa de s’écouler. (Le coup des dagues inspiré du guide non
officiel du gladiateur qui dit que dans la bataille PVP, des attaques rapides
peuvent empêcher un ennemi de fuir. Le début, bien que déconcertant, permet de
montrer le faussé qui c’est creuser entre les deux hommes. De plus, je «vole»
tout l’héroïsme de Meric.)



Valhator lâcha ses armes et ce frayât
un chemin vers l’intérieur de l’auberge. Les combats n’y avaient plus lieu mais
les dégâts étaient là. Il retrouva Sylia ensanglanté mais vivante, assise
contre une porte de placard. (J’arrivais
plus à me souvenir comment écrire frayât)



«-Le petit est dedans, il est
dedans»


A côté gisait le corps de
l’aubergiste, inerte.


Les luttes finies au petit matin,
seul une vingtaine de Shinigamis restairent debout. Nul autre survivant.


Alors que tous ne s’étaient
regroupé, un escorte armée fit son apparition à l’avant d’un cortège.


Le chef du ministère de
Pendémonium, en personne, avait fait le déplacement. Valhator alla à sa
rencontrer, priant pour que le pire n’arrive pas. Un homme s’avança et déplia
un magique parchemin. Il se mit à lire.


«-Votre nom nous importe peut,
votre être encore moins. Toutefois, vous venez de détruire l’une des meilleures
armes secrètes d’Asmodéa et vous avez donc une dette envers le ministère. Nous
comptons bien vous en acquitter. Meric nous a parlé de votre «rôle» et nous savons
que vous êtes des déchus parmi les déchus. Si vous comptez garder votre
existence secrète, nous vous assurons que nous trouverons bien un accord.» (Je ne suis pas ton conseil d’obliger pour «feindre»
une dignité du ministère. Ça donne un petit côté satyrique que j’adore =D)



(Copie du texte original nous
ayant été transmis par l’aimable zone des archives de Pendémonium que nous
remercions de sa générosité)


Le cortège repartit et Valhator
sentait une immense frustration l’envahir. Il avait repris une lutte désespéré
pour sauver les âmes de tous ses frères, et il avait l’impression que tout ne
fut que futilité, que ses actions n’avaient servies à rien.


Le petit garçon vint le voir


«-C’était ce vieux monsieur qui
t’a sauvé le héros de tes histoires?»


«-Oui petit, c’était ce vieux
monsieur.»





Durant la nuit, Valhator fut
réveillé par une lumière. Alors qu’il était seul dans la pièce, la lumière ce
fit de plus en plus aveuglante, sans avoir de source, puis elle disparut.


Le lendemain matin, Valhator
promis à ses hommes qu’il se battrait pour ses idéaux, quoi qu’il arrive.








Chapitre 4 : le poids des
âges





Le petit garçon avait bien
grandit depuis la mort de Meric et d’Argorn. Désormais adulte, il dirigeait les
Shinigamis au combat tandis que Valhator les dirigeait politique et Sylia
préparait les batailles. Depuis la nuit du combat, aucun des deux ne reprit les
armes. Valhator disait que son temps était passé, qu’il n’était plus fait pour
guerroyer mais ce contenterait d’apaiser les âmes, Sylia, quant à elle, y avait
perdu un œil et sa jambe gauche était resté raide. Les ruines de la taverne
n’avaient jamais bougé. Le gouvernement avait la main mise dessus et l’avait
mis en vente, mais nul ne l’acheta.


Depuis tout ce temps, le
gouvernement lui-même avait changé pour de nouveaux hommes. Alors qu’au début
les Shinigamis étaient envoyé dans de multitudes de missions dangereuses,
cherchant probablement à les décimer, ils étaient désormais une troupe d’élite
n’agissant qu’occasionnellement dans certains cas de force majeur. Ce nouveau
statut avait renforcé leur moral même si il n’était plus aussi nombreux
qu’autrefois, tous justes cinquante individus.


Le petit garçon devenu adulte
portait désormais le nom de Jewal.


Jewal était un rodeur émérite.
Avant chaque mission, il savait où aller pour trouver des informations sur les
lieux, puis partait les explorer silencieusement, parfois dans les camps
ennemis eux même. Parmi tous, il était devenu une ombre, invisible une fois la
nuit tombé.


Valhator convoqua les Shinigamis.
Il leur expliqua que le gouvernement aurait une possible piste sur un espion
Elyséens dans les rangs Asmodéen et qu’on leur avait demandé d’enquêter.
D’après le gouvernement, l’espion aurait pris la route pour Sanctum. Ce serait
un shugo. La quête s’annonça ardu mais un petit groupé d’élite pourrait
facilement passer la zone au crible pour trouver des informations. De plus, Valhator
annonça que le document qu’il tenait entre ses main permettait de fouiller
intégralement les demeures de chaque shugo et chaque personne en ayant
accueilli sur sa simple présentation. (Le
«sa» rend surement les choses plus claires. Je ne sais pas pourquoi je l’ai
oublié)



En effet, l’heure s’annonçait
grave pour que de telles mesures soient prises.


Sylia commença par envoyer ses
gros bras mener l’enquête. Le système se révéla payant car moins de six heures
plus tard, les premières pistes apparurent. Après rapprochement de plusieurs
informations, il s’avéra que l’espion aurait quitté la ville sous le prétexte
d’un déplacement commercial cinq jours plus tôt. Cela signifiait qu’il serait
en Elyséa dans moins de trois jours mais que dans ce cas, il ne pourrait passer
que par une seule route. Il fallait également faire vite car même s’ils ne pouvaient
le rattraper avant qu’il ne quitte le territoire Asmodéen, ils ne devaient pas
le laisser pénétrer dans Sanctum, capitale Elyséenne, sans quoi la mission
aurait de sérieuses chances d’échouer. (Oui,
mettre pouvoir au conditionnel était idiot de ma part)



Jewal était chargé de la mission.
Il serait accompagné d’une élite formé d’un templier, d’un spiritualiste et d’un
clerc.


A peine les adieux prononcé, le
petit groupe prit la route de la frontière.


Trois jours plus tard, ils
étaient en territoire Elyséen, là où nul secours ne pourrait les aider et où
nul être ne leur seraient amical. Ils étaient passés de prédateur Asmodéen à
proie élyséenne. Marchant dans la forêt, rampant dans les près, ils avançaient
en territoire ennemi à la recherche d’un ennemi dont ils n’avaient qu’une vague
idée. Rechercher un shugo marchant n’est pas dur, mais seuls quelques détails
comme la qualité des coutures des vêtements ou la couleur de la boue accroché
sur les chaussures ou le sac pourraient faire la différence. Autant dire rien
du tout.


Ce fut à moins de deux cent
kilomètres de Sanctum que le shugo en question apparut enfin. La pâleur de ses
poils disait qu’il avait passé un long moment à l’ombre et ses vêtements
montraient qu’ils n’avaient pas étés changés depuis un moment. Jewal le prit en
filature pendant que son groupe s’installait dans une cabane abandonné plus en
avant. Il réussit à coincer l’individu dans une ruelle d’un petit village.
Usant de chloroforme, il endormit le shugo sans qu’aucun des deux n’émette le
moindre son et rejoignit ses frères.


Aucun des quatre membres du petit
commando Shinigami ne parla jamais de l’interrogatoire. Tout ce qu’ils dirent
fut que l’aura du shugo montrait que son heure était venu et que les rites
avaient été pratiqués.


Jewal ne comprenait pas. Tout
indiquait que ce shugo était celui qu’il cherchait, de plus il était le seul à
venir d’Asmodéa, alors pourquoi n’étais ce pas lui? Ils comprirent vite le
pourquoi du comment quand une patrouille Elyséenne entra en ville. Ils
recherchaient un groupe de quatre Asmdéens venus assassiner un marchant shugo.
Jewal sortit de la cabane et ce faufila sur les toits. Les oreilles tendues, il
écoutait ce qui se disait. L’ordre était tenu des plus hautes instances
Elyséennes et était tenu d’un espion qui sévissait encore en Asmodéa. Jewal ne
perdit pas de temps et alla prévenir ses frères. Ils n’avaient que peu de temps
pour nettoyer les traces de l’interrogatoire et fuir, sans quoi, les
représailles Elyséennes pourraient être sanglantes.


En effet, la guerre
multiséculaire qui opposait les deux camps n’avait jamais impliqué les Shugos
qui ont toujours été libres de leurs déplacements, et un Asmodéen qui assassine
un Shugo en plein territoire Elyséen représenterait une grave trahison et la
possibilité de couper Asmodéa des leurs principaux marchant. Autrement dit, ce
serait terrible.


Aucun Asmodéen ne fut jamais
incriminé et le corps du Shugo ne fut jamais retrouvé.


Les pierres de retours, récemment
mises au point, permirent aux Shinigamis de rentrer rapidement à Pendémonium où
la situation fut expliqué à Valhator qui s’empressa de faire un rapport au
gouvernement. Une enquête interne fut ouverte et le traitre, l’un des
ministres, fut arrêté. Les interrogatoires ne permirent de découvrir les
raisons de la trahison, mais tout danger était désormais écarté.


Valhator récompensa le commando
qui avait pris tant de risque en nommant chacun d’entre eux centurion.
Désormais, les Shinigamis seraient représenté par un chef ayant à ses coté un
centurion de chacune des quatre classes.


Trente ans plus tard, un
mystérieux mal frappa Valhator. Le shinigami ne pouvait plus sortir ses ailes
et sa santé ce dégrada très rapidement. Il semblait que le Daeva redevint
humain. Le gouvernement fut immédiatement avertit et mena une enquête auprès de
ses espions en Elyséa. Le pire arriva: les Elyséen avaient mis au point une
arme capable de supprimer le rang divin.


L’année suivante, toutes les
forces secrètes s’Asmodéa œuvrait à trouver le lieu où l’arme était cachée.
Durant ce même laps de temps, de nombreux généraux de l’armée asmodienne
tombèrent dans le même état que Valhator.


L’arme fut trouvée dans une
forteresse abyssale. Asmodéa envoya toutes ses meilleures légions pour détruire
ce lieu. Les Shinigamis furent commandé par Sylia. Malgré son état, elle ne
voulait pas rester en dehors de cette histoire et repris les armes pour une
ultime bataille. Alors que l’assaut allait être porté, deux Asmodiens
arrivèrent, portant Valhator avec eux.


«Sylia, pour une dernière
bataille»


Il ne se faisait pas d’illusion.
Son état ne lui permettrait plus d’atteindre le rang divin, mais il pouvait
toujours tenir sa guisarme. Jewal se mit à côté de lui et lui pris le bras.


Le bouclier tomba.


L’assaut fut lancé et les forces
Asmodienne pénétrèrent rapidement à l’intérieur de la base élyséenne. Jewal et
Sylia transportaient Valhator au-dessus des portes et le lâchèrent en plein
champ de bataille. Sylia le rejoint immédiatement alors que Jewal et les autres
Shinigamis s’enfonçaient plus profondément, là où les armes de défenses étaient
situées. Quand Jewal regarda en arrière, il put distinguer les silhouettes de
Sylia et de Valhator.


Aucune larme ne coula sur ses
joues. Il sourit. Jewal cria et fonça tel un boulet de canon sur les armes
Elyséenne, frappant directement le cœur de la résistance ennemi.


Les uns après les autres, les
Asmodéens tombaient, mais toujours, d’autres venaient les remplacer. Bientôt,
les ailes blanches disparurent au profit des ailes noires.


Les portes de la forteresse enfoncées,
les troupes découvrirent une machine infernale. On pouvait y distinguer des
cuves emplit de prisonniers Asmodéens. L’une d’elle ce referma dans un bruit de
grincement, on entendit des cris puis, plus rien. Un nouveau bruit sourd,
semblable à une détonation gronda puis la cuve se rouvrit. Il n’y avait plus
que des cendres. Jewall voulu sortir ses ailes mais ne réussit pas. Toute la
salle tenta, mais aucun ne réussit.


Tout devint clair. La vitalité
des Asmodéens était consumée par la machine pour détruire l’immortalité des
Daevas. Les soldats entassèrent tous les
objets magiques dont ils disposaient à l’intérieur de la salle et un mage
concentra sa magie pour tout faire exploser. Les prisonniers Elyséens furent
emporté lors du retour sur Asmodéa. (Je
laisse «Les» car se sont tous les prisonniers)



Le gouvernement renvoya les
prisonnier en Elyséa avec comme messages : regardez ce que vous leur avaient
fait.


Aucun autre projet du genre ne
fut jamais relancé.


Jewal fut convoqué auprès de
l’assemblée avec les Shinigamis restant. Sept Shinigamis, dont un seul possédant
encore le rang divin ce présentèrent.


Le gouvernement offrit la taverne
détruite d’Apellbine au survivant, en mémoire de leur sacrifice.


«Ce lieu fut jadis votre Lieu de
repos, l’endroit où vous veniez vous rassembler et former, selon feu Argorn,
une famille. Vous êtes libre de la reconstruire ou de l’oublier, mais
désormais, Apellbine est à vous.»


(Copie d’un morceau du parchemin
numéro 825DG3 traitant du remerciement du sacrifice des Shinigamis, archives
publique de Pendémonium)


Les Shinigamis savaient leurs
temps conté. Le dernier Daeva de leur rang eut pour mission de trouver de
nouveau membres. Pendant ce temps, les désormais «humains» décidèrent de
reconstruire Apellbine, plus belle que jamais.


Même si les Shinigamis furent
sauvés, aucun d’entre eux ne vit Apellbine ce relever car le mal qui les
accablait les emporta trois ans plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Haribo

avatar

Messages : 157
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 28
Localisation : Seine et Marne

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mar 10 Aoû - 2:02

Et bien c'est parfait =). Manque plus que le dernier chapitre, puis enfin que chacun regarde s'il voit des fautes (moins il y en aura mieux ce sera^^), et hop! notre BG de Légion sera enfin finit! Du moins si ce BG est approuvé =).
Revenir en haut Aller en bas
Darthorigin
Admin
avatar

Messages : 457
Réputation : 1
Date d'inscription : 03/05/2010
Age : 62
Localisation : Entre nulle part et ailleurs...

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mar 10 Aoû - 2:24

Bon comme demandé, j'up mon dernier chapitre et le BG de Darth sera fini.
La personne qui l'as lu, l'a semble t'il apprécié.
J'espère que vous aussi.

PS : Je le met chez les Shini en avant première.

____________________


Revenir en haut Aller en bas
http://shinigami.guildealliance.com
Malice

avatar

Messages : 113
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/07/2010
Age : 30
Localisation : ça bouge tout le teeemsp ! et en plus, il y a pas préciser le référentiel !(T-T) Comment je réponds ?

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mar 10 Aoû - 17:36

Bon pour commencer réponse à ta remarque :

chapitre 1:
Ils sont anonyme car ne font pas encore partit de l'histoire. De plus, on ne parle pas encore des shinigamis, c'est plus une introduction qu'autre chose, si on veut, c'est le Deus ex machina en version anticipé.

chapitre 2:
maintenant, nous avons les shinigamis. l'histoire ce consentre autour de deux personnage car ils ont leur importance. leur donner une identité, enfin, renforce leur importance, chose beaucoup plus dure si ils étaient nommé dès le chapitre 1 cassant ainsi toute la magie du chapitre 2. De plus, Meric devient un véritable traitre car on ne l'a pas réellement connu en tant qu'étrangé mais on la directement connu en tant que membre. çà permet de zapper les passer dans l'esprit des gens et de renforcer leur importance (chose très dure sinon). Je me suis inspiré d'une nouvelle que j'ai lu il y a longtemps et sur les 10pages on ne connait l'identité du personnage que dans la dernière phrase et dans ma tête ça avait fait "Wahou"

J'aimerai bien connaitre la nouvelle dont tu parles, tu peux me donner le titre ?
Désolé, mais pour moi l'effet recherché n'a pas donné ses fruits. Je pense que c'est, en partie à cause des chapitres.
Il faudrait au moins que tu dévoiles leurs noms à la fin du chapitre 1.
J'ai était très frustré. ça me rappelle, un peu ,quand j'ai lu le premier tome de twilight, il est vrai que le style de Stephanie Meyer est plutot bon, par contre
elle a aussi cherché un effet semblable, le résultat a été pire que mieux : quand on commence le livre, on ne sait pas pourquoi Bella est chez son père,
et pourquoi elle en colère d'être là, alors que c'est son choix (délibéré), et l'auteur insiste lourdement là dessus. Résultat on ne comprend pas l'héroine, le début n'a pas de sens, et on déteste.
j'avais l'impression que l'auteur se foutait de ma gueule. Et bien sûr qu'en Edward lui demande ce qu'elle fait là, elle se confie enfin. Tentative lamentable
de la part de Stephanie Meyer, de montrer que Bella, qui ne se confie pas facilement, vide son sac aussitôt devant Edward, (Edwaaaaard ! pardon je vais vomir)

Enfin on en est pas là (j'ai pas eu envie de te faire avaler ton poste lol), mais fait bien attention quand tu joues au malin avec le lecteur, certains sont très exigeants (moi par exemple), faut bien monter ton coup !

Bon maintenant, je vais essayer de tout commenter, et apporter ma patte. Chapitre par chapitre.
Je pense que c'est mieux de travailler un BG que d'en poster 26 différents, surtout vu les pavés qu'on peut faire (surtout moi).
Et avec tous ces chapitres (bah ouais on est des tarés de faire ça sur un fofo ^^)
Donc si ça te dérange pas, je vais corriger si je vois encore des fautes, faire des propositions, et rajouter peut etre du texte (pas sur parce que peut être que ça collera pas au style)
ça risque de te faire un peu mal, j'ai déjà ecris des textes à plusieurs mains, c'est pas évident, mais ça s'est toujours bien passé.
Enfin là, t'es l'auteur principal. Donc si vraiment tu n'es pas d'accord, j'en ferai un autre à côté.
Revenir en haut Aller en bas
kazer

avatar

Messages : 296
Réputation : 2
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 27
Localisation : Saint Nazaire

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mar 10 Aoû - 18:03

t'inquiètes, un jour ou l'autre, après différents effets, l'effet recherché arrivera.
Sinon, je vais quand même t'expliquer pourquoi je travail par chapitres.

Le chapitre permet de couper l'histoire. une histoire sans chapitre je trouve ça barbant.
De plus, on commençant par présenté 5 chapitre (oui, le 5eme arrivera et introduira darth et feno dans la légion, ainsi que la reconstruction d'alpellbine qui, je le rappel, à été reconstruite il y a un peu plus de 4ans, 5ans voir, selon le BG de darth).

maintenant, le gros avantage des chapitres.
L'histoire n'est pas figée, on contraire, elle évolue facilement, déjà dans sa modification, mais surtout dans sa continuité.
Si ma proposition est prise, je ne ferais pas que 5chapitres, un sixième viendra, après une sortie RP IG et qui racontera un grand évènement pour nous puis pourquoi pas ui septième plus tard; le tout racontant à chaque fois une nouvelle période pour que les futures membres ce souviennent de nos actes (*prend un aire solennelle*)


Aller, j'y go, je me connecterais plus tard mais là, je vais me faire tuer
Revenir en haut Aller en bas
Malice

avatar

Messages : 113
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/07/2010
Age : 30
Localisation : ça bouge tout le teeemsp ! et en plus, il y a pas préciser le référentiel !(T-T) Comment je réponds ?

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mar 10 Aoû - 19:35

il faudrait qu'on réécrive le chap 0 ?
bon c'est la faute à Haribo , si j'en suis là


Chapitre 1: La bataille de
Patamor, rencontre des deux premiers shinigamis

ou : La bataille de Patamor, une rencontre inespérée
premiers shinigamis ça veut dire quoi ce sont les tous premiers shinigamis créés ? Non tu parles de la guilde, mais ça porte à confusion. Et ils deviennent super important ces shinigamis :p


Nul n'aurait pu prédire l'avenir.

Les Shinigamis œuvraient en
solitaires depuis fort longtemps. Capables de distinguer la force d'une aura
autour des habitants d'Atreia, ils doivent devaient garantir le voyage de chacun vers
l'autre monde, leur retour au père fondateur: Aion.

Les Shinigamis œuvraient en

solitaires depuis fort longtemps. Capables de voir la Marque d'Aion, une aura

qui entourait chaque être vivant sur Atreia, ils devaient garantir le voyage de chacun vers

l'autre monde, leur retour au dieu créateur: Aion.

(père fondateur ça fait un mou)


Leurs ordres étaient simples.
Durant leur enfance, ils rêvaient. Ces rêves sans souvenir convoquaient les
jeune Shinigamis dans le royaume d'Aion et leurs apprenaient tout ce qu'ils
avaient à connaitre sur leur rôle, leur métier, leur être. Certains pensent
avoir rencontré le dieu Aion dans l'au-delà, d'autres estiment que ce n'étaient était
qu'un de ses général généraux, toujours est-il que c'est dans ce monde immatériel qu'ils
ont été étaient formés.

Quels ordres ? Ceux du dessus ? Qu'est ce que ça fait là ? Si tu veux faire un lien entre les deux paragraphes. "Leurs ordres étaient simples" ça colle pas avec "durant leur enfance", on a l'impression que rêver est un ordre. Il faut le remonter, où l'ôter du texte
"Ils rêvaient. Ces rêves" Pas de démonstratifs "ces", on a pas encore parlé des rêves, tu vas plus vite que la musique. Tu y penses déjà, alors que tu ne l'as pas écrit. Gare ! "des rêves". et rêves après rêvaient, ça fait un peu répétitif
" Certains pensent

avoir rencontré le dieu Aion dans l'au-delà, d'autres estiment que ce n'étaient


qu'un de ses général, toujours est-il que c'est dans ce monde immatériel qu'ils


ont été formé.
"
C'est un peu flou : voilà comment je comprends la phrase : " certains pensaient qu'ils rencontraient le Dieu Aion dans l'au-delà, d'autre que ce n'était qu'un de ses généraux qui les instruisaient, toujours est il que c'est dans un monde immatériel qu'ils étaient formés."
C'est bizarre qu'Aion est des généraux, c'est un Dieu. Il se protégerait de quoi ?(c'est un Dieu, pas un goa'uld) A la rigueur, pour mettre de l'ordre sur Atreia, avant il avait les balaurs ^^
donc plutot que généraux : envoyés ?

Durant leur sommeil, les enfants shinigamis faisaient des songes, qui les convoquaient
dans le royaume d'Aion. Là, ils apprenaient tout ce qu'ils

devaient savoir sur leur rôle, leur tâche, leur pouvoir. Certains pensent


avoir rencontré le dieu Aion dans l'au-delà, d'autres estiment que ce n'était


qu'un de ses envoyés, toujours est-il que c'est dans ce monde immatériel qu'ils


ont été formé.


-"A partir du moment où une
aura s'assombrit, l'âme peut être récupérée. Toutefois, faites attention car
votre fardeau et réel, nul ne doit le découvrir". (J’ai mis peut car certains ont des choses à faire avant de mourir. Les
Shinigamis restent humain dans un sens)



-"A partir du moment où
la Marque d'Aion s'assombrit, l'âme peut être récupérée.
Toutefois, faites attention car nul ne doit découvrir votre nature.

Je n'ai pas vu ce qui était un fardeau. S'il y en a un ça serait bien de le mettre explicitement avant Smile



Cette phrase était encrée ancrée dans
leur esprit aussi profondément qu'une flèche de rodeur rôdeur asmodéen asmodien dans le torse
d'un élyséen.
J'adore, rien à dire Smile


Pendant longtemps, les Shinigamis
ne répondaient (obéissaient, ne suivaient ? )à aucun ordre extérieur, accédant pour la plupart au rang des Daevas.
(J’ai rajouté le «extérieur», c’était un
oubli)plûtot qu'à aucun ordre extérieur pourquoi pas plutôt aucun autre ordre ? n'obéissaient qu'aux ordres (commandement? ) d'Aion


Lors de la bataille du maquis de
Patamor, une armée élyséenne était parvenue à franchir les remparts et
campaient campait à proximité de l'habitat des Spriggs. Le gouvernement asmodien envoya
tout daeva capable de se battre pour les arrêter. Peut Peu répondirent à l'appel,
du fait probable que de nombreuses attaques elyséennes étaient en cours sur tout le
territoire asmodéen asmodien.
probable, on a l'impression qu'en fait, ils font semblant :s, j'ai rajouté le verbe être pour alléger un peu le style.


En Au final, ce ne fut qu'une
quinzaine d'individus qui se retrouvèrent face à une centaine d'élyséens.


Un jeune général rodeur
prometteur prit le commandement des troupes et élabora une stratégie durant la
nuit.
Ou un jeune rodeur, général prometteur,

-Nous ne chercheront chercherons pas à tous
les tuer, mais nous devront devrons les faire fuir, coute que coute. coûte que coûte


La stratégie était osée car le
moral elyséen ne pouvait qu'être supérieur au leur, et si un seul asmodien
craquait, tous pouvaient y laisser la vie. Mais personne ne craqua.

et si un seul asmodien abandonnait, tous pouvaient y laisser la vie. Mais personne ne faiblit.


Le lendemain, quand les troupes
élyséennes eurent passé le pont, s’approchant du col de Patamor, les premiers
asmodiens s'élancèrent des falaises, discrètement, pour prendre place. Pendant
ce temps, cinq autres asmodiens descendirent le col à pied pour aller à la
rencontre des élyséens, et ainsi attaquer sur deux fronts. Deux gladiateurs, un
clerc, un templier et un mage, sans aucune possibilité de renfort engagèrent alors
un combat désespéré face à plusieurs dizaines d'élyséens. Et ils tinrent.
Je mettrai plutôt" s'élancèrent discrètement des falaises, pour prendre place. C'est bête mais quand je lis s'élancèrent des falaises, je les imagine déjà en train de charger en criant, alors quand j'arrive sur discretement j'ai l'air bête, si tu inverses. Tu peux les imaginer en train de grimper sur une colline et au moment ou on lit falaise, on peut faire un trou :p.
En fait pour moi, discretement, c'est le plus important, surtout pour la suite Wink. donc c'est mieux de le mettre en premier.


L'attaque à revers porta
également (porta quoi ? son lot de souffrances aux elyséens ou ses fruits ?). Les assassins frappaient vite, les rodeurs rôdeurs décochaient des hauteurs,
les mages envoyaient leurs avatars et leurs sorts sur des troupes désorientées,
terrassant de nombreux élyséens durant les premières minutes.


Une flèche atteint le seul clerc
du groupe qui perdit connaissance. Privé de soins, le groupe de l'attaque de
face fut rapidement submergé. Un gladiateur ce vit les mains tranchées par une
attaque furtive, puis transpercé de toute part. Les autres ne pourraient pouvaient alors
plus tenir longtemps.

Je tiens à te féliciter sur le rythme Smile


A l’arrière, les choses
n'allaient pas mieux. Les troupes commençaient commencèrent à riposter, et les assassins,
sous pression, perdaient perdirent leur concentration et commettaient commirent de plus en plus
d'erreur. Deux d'entre eux tombèrent sans ce relevé se relever,. Un troisième tenta de
ramper, mais la masse d'un aède lui fracassa le dos. Le dernier assassin debout
tenta le tout pour le tout. Dans un ultime assaut, il enfonça les rangs ennemis
avec toute l'énergie du de son (ça fait plus intense :p) désespoir, faisant autant de dégâts qu'un assaut
templier. Les mages et les rodeurs rôdeurs ne le virent pas ressortir. Le commandant
laissa tomber jeta (ça fait moins mou) son arc et attrapa les deux dagues accrochées à sa ceinture.

«-Pour Asmodéa Asmodae!»


La faible Le reste de la troupe chargea vers une
mort certaine, espérant des renforts qui, ils le savaient, n'arriveraient
jamais.


Les mages ce se lancèrent les
premier dans les troupes ennemis, canalisant toute leur énergie dans de
puissantes attaques. Plusieurs ne supportèrent pas la puissance de toute cette
magie, leurs mains explosèrent pour avoir canalisé plus qu'ils ne pouvaient.
Les rodeurs rôdeurs, peut peu habiles au combat rapproché, ce se lancèrent sur les clercs
élyséens et eurent le temps d'en emporter beaucoup avec eux.

ou
Les mages ce se lancèrent les

premier dans les troupes ennemis, concentrant toute leur énergie dans de si


puissantes attaques, que pour plusieurs, les mains explosèrent pour avoir canalisé plus de magie qu'il n'était possible de supporter.


Les
rodeurs rôdeurs, peut peu habiles au combat rapproché, ce se lancèrent sur les clercs

élyséens et eurent le temps d'en emporter beaucoup avec eux.




Les troupes élyséennes furent
décimées par une élite asmodienne ayant fait le sacrifice de leur vie pour leur
patrie. Sur la centaine d'élyséens, seuls seule une soixantaine resta tint debout,
épuisée.





Le son d'un cor de chasse
raisonna, vite entretenue entretenu par des tambours battants. Asmodée envoyait enfin de
véritables troupes pour une bataille déjà finie. Les élyséens, fuirent avant
même d'entrevoir les renforts adverses.
d'entrevoir-> de voir arriver ?


Un seul homme descendit du col,
un jeune qui était resté en retrait toute la bataille selon les instructions du
général. (Erreur de ma part, j’ai
tendance à m’imaginer les scènes en les écrivant et dans ma tête j’avais un
retour arrière sur la bataille, et non un souvenir)


-Quand tu entendras les cris de
victoire des élyséens, emmènes ce troupeau avec toi et fait sonner le cor de
chasse de la ville. Joue également de ce tambour. Et pris pour que les élyséens
croient à des renforts. (Pour le
troupeau, là n’est pas le problème, chacun peut imaginer en fonction de ses
connaissances en Aion. J’ai préféré ne pas donner de nom justement pour ne pas
citer une mob que certains joueurs ne connaitront pas forcément)
sisi c'est un problème, faut être précis, ou ça va faire des histoires. un troupeau de boax ? non de buffalid ? non de Brax , non de ....
tu choisis ou j'ajoute un troupeau de mumu manchot baveur dansant sensuellement en se léchant les dents de devant...
ok le jeune gars sait de quel troupeau parle son général, mais pas le lecteur (il faut penser à lui, c'est pas lui qui doit faire le boulot !) je comprenne qu'on laisse des libertés dans l'histoire, mais pas dans la construction du texte. c'est comme si un peintre ne peignait pas les cheveux d'un portrait et disait démerdez vous ><



Devant l'ampleur du massacre, le
jeune homme ce se rua à la recherche de survivants. Il ne trouva que deux autres compagnons
vivants mais mal au en point. Il les soigna tant bien que mal.

-Leur heure n'était pas venue!
cria l'un deux.

-Arrête, intervint le deuxième,
ne raconte pas n’importe quoi, personne ne peut dire ça.

-Si, dis calmement le troisième,
moi, je le peux.

-Alors, toi aussi, tu vois les
auras la Marque d'Aion? Toi aussi, tu es...

-... Oui, le coupât-il nettement.

- Hey, racontez-moi ce qu'il se
passe.

-Après tout, il est un frère
d'arme, Aion ne nous en voudra peut-être pas.


La situation expliquée, les deux
premiers shinigamis c s'étaient rencontrés et étaient devenus frères. L'asmodien
leur fit serment de ne jamais dévoiler leur secret et partit dans sa propre
direction. Les shinigamis, quand à eut, suivirent le même chemin et décidèrent
de fêter leur rencontre, et leur vie sauve, à la taverne du fort de Morheim.

ça serait bien que tu les nommes ici Smile, comme ça leur nom prend bien de l'importance.
alors pas de rôdeur sans ^chapeau, et attention au démonstratif ce devant les verbes ! "Il se tient devant lui" => "Je me tiens devant lui"
conjugue à la première ou deuxième personne. Comme tu fais beaucoup cette erreur là, ça se révélera utile de faire le test à chaque fois, après ça ira tout seul.

bon vu le temps que j'ai mis je ferai la suite plus tard ...
Revenir en haut Aller en bas
Malice

avatar

Messages : 113
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/07/2010
Age : 30
Localisation : ça bouge tout le teeemsp ! et en plus, il y a pas préciser le référentiel !(T-T) Comment je réponds ?

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mar 10 Aoû - 19:41

kazer a écrit:
t'inquiètes, un jour ou l'autre, après différents effets, l'effet recherché arrivera.
Sinon, je vais quand même t'expliquer pourquoi je travail par chapitres.

Le chapitre permet de couper l'histoire. une histoire sans chapitre je trouve ça barbant.

maintenant, le gros avantage des chapitres.
L'histoire n'est pas figée, on contraire, elle évolue facilement, déjà dans sa modification, mais surtout dans sa continuité.

je ne sais pas si tu m'as bien comprise, mais les chapitres ce n'est pas un problème, c'est même une bonne idée. Surtout que je ne pense pas, que beaucoup s'attendaient à voir le BG se développer autant. Moi pas, pour ma part.
Revenir en haut Aller en bas
kazer

avatar

Messages : 296
Réputation : 2
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 27
Localisation : Saint Nazaire

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mar 10 Aoû - 20:10

Je pense que, si ça ne te dérange pas, on pourrait y travailler par deux.

Tu as de très bonnes idée pour améliorer le texte. après, je ne te connais pas sur le plan inspiration, mais je te trouve très investit.

Quand j'aurais l'occasion d'écrire le chapitre 5, j'aimerais te le soumettre avant.

je reviens juste sur quelques points:


Chose très importante: quelque chose qui n'existe pas ne porte pas de nom. ce que je veux dire c'est qu'il ne me viendrais pas à l'idée de m'appeler Baruckporof si j'en suis le seul représentant que je connaisse, toute fois je m'appel Alsacien car j'ai grandit au milieu d'autres alsacien que je connais. donc, pourquoi les shinigamis porteraient ce nom si il n'existent qu'aux yeux d'eux même? (je sais, Baruckporof n'est pas du tout inspiré, mais il fallait que j'invente un mot ^^')



Les Shinigamis œuvrent en
solitaires depuis fort longtemps. Capables de distinguer la force d'une aura
autour des habitants d'Atreia, ils doivent garantir le voyage de chacun vers
l'autre monde, leur retour au père fondateur: Aion.

dans ce cas, le présent colle mieux car le rôle de shinigami continue encore aujourd'hui




j'ai choisis ordre comme synonyme de motivation. le seul truc c'est que la motivation de donner la mort n'est jamais bonne en soit (du moins pour moi, chaque vie étant sacrée). Je trouve que le mot "ordre" implique moins les shinigamis d'un point de vue sentimental.



asmodéen, asmodien, j'ai vu les deux sur internet, c'est étrange d'ailleur. je viens de vérifier sur le site officiel et c'est aussi asmodien ^^'


Pour moi, être déstiner à prendre des vie et un fardeau. en faite, mon erreur aura de n'avoir donné qu'un seul exemple de rite, une mort par derrière. dans le chapitre cinq je compte écrire une mort plus classique ou la personne accepte son sort et demande à finir quelque chose. donnant un coté plus humain. de plus, le premier rite de ma BG (que j'écris en ce moment) raconte l'un de ces rites, et ma clerc n'en sortira pas indemne psychologiquement. je n'ai juste pas trouvé l'endroit où caser l'un de ces rite dans la BG Légion.

L'attaque à revers porta également: pour moi, quand une quelque chose porte, c'est quelle atteint son but. c'est une expression que je chérie beaucoup (bien que je ne sache pas d'où elle vient)


se relever,. Un troisième tenta de ramper, mais la masse d'un aède lui fracassa le dos.
On m'a toujours appris qu'un point (.) cassait le rythme alors que la virgule (,) l'entretenait. pour soutenir un rythme important, notamment une bataille, on allonge les phrases alors que lors d'une scène qui doit présenter une certaine lourdeur, l'utilisation de phrase courte et conseillé. C'est pour ça que j'ai opté pour la virgule et non le point, je ne voulais casser le rythme de la scène =)






Les mages ce se lancèrent les
premier dans les troupes ennemis, canalisant toute leur énergie dans de
puissantes attaques. Plusieurs ne supportant pas la puissance de toute cette
magie virent leurs mains exploser pour avoir canalisé plus qu'ils ne pouvaient.
Les rodeurs rôdeurs, peut peu habiles au combat rapproché, ce se lancèrent sur les clercs élyséens et eurent le temps d'en emporter beaucoup avec eux.

Ce que je cherche à faire (et tu pourras peut être m'y aider) c'est d'allonger l'action ici, faire sentir tout le poids de l'action d'un passage pourtant relativement court en durée sans s'étaler dessus. tu vois le défi je pense, mais si on (tu) y arrive, ce serait génial car c'est, à mon sens, un passage qui doit rester très court et qui pourtant a une très grande importance (c'est le dernier acte de la bataille quand même!)
Revenir en haut Aller en bas
Haribo

avatar

Messages : 157
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 28
Localisation : Seine et Marne

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mar 10 Aoû - 21:29

Les mages se lancèrent les premiers dans la bataille, canalysant des quantités énormes d'énergies pour leurs sorts. Trop pour certains, qui virent leurs mains exploser sous la pression magique.
Les rôdeurs, peut habiles au combat rapproché, se lancèrent malgré tout sur les clercs élyséens, faisant (ou laissant) beaucoup de cadavres sur leur passage.

Voilà j'ai essayé d'allonger l'action sans que ce soit trop lourd ou trop long =).

Pour ce que tu dis des points et des virgules, je suis d'accord avec toi, on m'a appris la même chose en littérature.

Ensuite, asmodien ou asmodéen, il est vrais que l'on trouve les deux termes, mais apparement asmodien est le vrais terme (dommage je préfère l'autre, après tout on dit bien élyséen et pas élusien ><')

Pour ce qui est de Shinigami, je voi plus la chose comme ça: ils savent qu'ils se nome "Shinigami", de la même façon qu'il savent le déroulement des rites et du reste. Il est normal de savoir ce que l'on est lorsque que l'on nous apprend a faire notre rôle/devoir. Donc il est bon de précisé le terme Shinigami au début.

Pour La Marque d'Aion, je préfère ce terme plutôt qu'une aura. Cela renforce le lien avec notre Dieu Aion =).

Et pour le troupeau je trouve toujours qu'il serais bien de préciser. Je suppose que le troupeau servais à la base à mieux faire croire à des renforts grâce au bruit que feraient les sabots/pieds/pattes? qui simulerait le bruit de l'avancement d'une armée. J'ai raison?

Voilà, je ne vois pas d'autres points importants là tout de suite maintenant (mais je peu en avoir oublier ^^). Je pense qu'à nous trois (ou plus si d'autres le veulent) nous arriverons à un excellent BG de légion! =)
Revenir en haut Aller en bas
Malice

avatar

Messages : 113
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/07/2010
Age : 30
Localisation : ça bouge tout le teeemsp ! et en plus, il y a pas préciser le référentiel !(T-T) Comment je réponds ?

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mar 10 Aoû - 22:05

kazer a écrit:

Quand j'aurais l'occasion d'écrire le chapitre 5, j'aimerais te le soumettre avant.
ouais !


Chose très importante: quelque chose qui n'existe pas ne porte pas de nom. ce que je veux dire c'est qu'il ne me viendrais pas à l'idée de m'appeler Baruckporof si j'en suis le seul représentant que je connaisse, toute fois je m'appel Alsacien car j'ai grandit au milieu d'autres alsacien que je connais. donc, pourquoi les shinigamis porteraient ce nom si il n'existent qu'aux yeux d'eux même? (je sais, Baruckporof n'est pas du tout inspiré, mais il fallait que j'invente un mot ^^')
* les shinigamis existent aux yeux d'Aion. Où veux tu en venir ?


Les Shinigamis œuvrent en
solitaires depuis fort longtemps. Capables de distinguer la force d'une aura
autour des habitants d'Atreia, ils doivent garantir le voyage de chacun vers
l'autre monde, leur retour au père fondateur: Aion.

dans ce cas, le présent colle mieux car le rôle de shinigami continue encore aujourd'hui

*sauf si certains , aujourd'hui, ont tournés le dos à Aion


j'ai choisis ordre comme synonyme de motivation. le seul truc c'est que la motivation de donner la mort n'est jamais bonne en soit (du moins pour moi, chaque vie étant sacrée). Je trouve que le mot "ordre" implique moins les shinigamis d'un point de vue sentimental.
*oki oki, je conteste pas, je propose :p


asmodéen, asmodien, j'ai vu les deux sur internet, c'est étrange d'ailleur. je viens de vérifier sur le site officiel et c'est aussi asmodien ^^'
*moi aussi j'ai vérifié Smile

Pour moi, être déstiner à prendre des vie et un fardeau. en faite, mon erreur aura de n'avoir donné qu'un seul exemple de rite, une mort par derrière. dans le chapitre cinq je compte écrire une mort plus classique ou la personne accepte son sort et demande à finir quelque chose. donnant un coté plus humain. de plus, le premier rite de ma BG (que j'écris en ce moment) raconte l'un de ces rites, et ma clerc n'en sortira pas indemne psychologiquement. je n'ai juste pas trouvé l'endroit où caser l'un de ces rite dans la BG Légion.
*oui mais ce n'est pas le cas pour tous, a mon avis. Les shinigamis apprennent tout ça pendant leur enfance. et bien que cela peut paraitre difficile, ou compliquée, la mort est quelque chose de naturelle chez les shini. même celle d'un ami.



L'attaque à revers porta également: pour moi, quand une quelque chose porte, c'est quelle atteint son but. c'est une expression que je chérie beaucoup (bien que je ne sache pas d'où elle vient)
je trouvais pas ça naturel, j'ai vérifié ça existe bien (Larousse). J'ai, un peu, l'impression que la phrase n'est pas fini et qu'il manque quelque chose. Mais ok.

se relever,. Un troisième tenta de ramper, mais la masse d'un aède lui fracassa le dos.
On m'a toujours appris qu'un point (.) cassait le rythme alors que la virgule (,) l'entretenait. pour soutenir un rythme important, notamment une bataille, on allonge les phrases alors que lors d'une scène qui doit présenter une certaine lourdeur, l'utilisation de phrase courte et conseillé. C'est pour ça que j'ai opté pour la virgule et non le point, je ne voulais casser le rythme de la scène =)

oki oki là dessus, je suis pas douée Smile par contre la virgule avant "mais la masse" doit rester ^^ sinon c'est difficile à lire.




Les mages ce se lancèrent les
premier dans les troupes ennemis, canalisant toute leur énergie dans de
puissantes attaques. Plusieurs ne supportant pas la puissance de toute cette
magie virent leurs mains exploser pour avoir canalisé plus qu'ils ne pouvaient.
Les rodeurs rôdeurs, peut peu habiles au combat rapproché, ce se lancèrent sur les clercs élyséens et eurent le temps d'en emporter beaucoup avec eux.

Ce que je cherche à faire (et tu pourras peut être m'y aider) c'est d'allonger l'action ici, faire sentir tout le poids de l'action d'un passage pourtant relativement court en durée sans s'étaler dessus. tu vois le défi je pense, mais si on (tu) y arrive, ce serait génial car c'est, à mon sens, un passage qui doit rester très court et qui pourtant a une très grande importance (c'est le dernier acte de la bataille quand même!)

*j'essaye :
Les mages se lancèrent les premiers parmi les troupes ennemies, canalisant tout leur mana dans de si
puissants sortilèges , que certains, ne pouvant plus supporter une si grande concentration d'énergie, virent exploser leurs mains.
Des gerbes de feu, de sang, de glace, et des moignons cramoisis fusaient de toutes parts, s'envolant dans la tempête créer par les vents magiques.
Les rôdeurs, pratiquants, pourtant, peu le combat rapproché, se lancèrent sur les clercs au corps à corps. Les sorts de ces derniers étaient ralentis pas la violence les courants de magie qui se déchainaient autours d'eux. Une bourrasque plus violente emporta quelques combattants dans un ravin. Les autres avaient pu s'enraciner, planter leur bâton dans le sol, ou enfoncer la lame dans les entrailles d'un ennemi imposant.
Au fur et à mesure, que les asmodéens tombaient, la tempête s'apaisait.


Revenir en haut Aller en bas
Haribo

avatar

Messages : 157
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 28
Localisation : Seine et Marne

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mar 10 Aoû - 22:53

j'avoue que ta dernière version est superbe, Malice. Je la préfère à celle de Kazer ou de moi-même =). Je vais juste me permettre de corriger au niveau des virgules si tu veux bien:

Les mages se lancèrent les premiers parmi les troupes ennemies, canalisant tout leur mana dans de si
puissants
sortilèges que certains, ne pouvant plus supporter une si grande
concentration d'énergie, virent exploser leurs mains.

Des
gerbes de feu, de sang, de glace, et de moignons cramoisis fusaient de
toutes parts, s'envolant dans la tempête créer par les vents magiques.

Les rôdeurs, pratiquants pourtant peu le combat rapproché, se lancèrent sur les clercs au corps à corps.
Les sorts de ces derniers étaient ralentis pas la violence les courants
de magie qui se déchainaient autours d'eux. Une bourrasque plus
violente (plus violente que quoi? Je mettrai "plus violente que les autres" ou sinon tous simplement "une violente bourasque") emporta quelques combattants dans un ravin. Les autres avaient
pu s'enraciner, planter leur bâton dans le sol, ou enfoncer la lame
dans les entrailles d'un ennemi imposant.(les rôdeurs ont des bâtons? Il me semble que ce ne seont que les aèdes et les clercs. Je remplacerai plutôt par "Les autres avaient pu s'enraciner, planter leurs lames dans le sol ou dans les entrailles d'un ennemi imposant.")
Au fur et à mesure, que les asmodéens asmodiens (puisque finalement c'est le bon terme) tombaient, la tempête s'apaisait.

*le truc qui me gène par contre c'est que l'assaut des rôdeur, qui dans les versions précédentes montrent qu'ils font du dégâts parmi les élyséens, est remplacé ici par un assaut qui ne fait pas vraiment de dégât, ils ont l'aire de pauvres victimes. Il faudrait peut être montrer qu'ils font pas mal de meurtres^^*
Revenir en haut Aller en bas
Malice

avatar

Messages : 113
Réputation : 0
Date d'inscription : 17/07/2010
Age : 30
Localisation : ça bouge tout le teeemsp ! et en plus, il y a pas préciser le référentiel !(T-T) Comment je réponds ?

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mer 11 Aoû - 9:05

Merci Smile

Les mages se lancèrent les premiers parmi les troupes ennemies,
canalisant tout leur mana dans de si
puissants sortilèges que, certains, ne pouvant plus supporter une si grande
concentration d'énergie, virent exploser leurs mains.

Des gerbes de feu, de sang, de glace, et de moignons cramoisis fusaient de
toutes parts, s'envolant dans une tempête créée par les vents magiques.

Les rôdeurs, pratiquants pourtant peu le combat rapproché, se lancèrent sur les clercs au corps à corps.
Les sorts de ces derniers étaient ralentis par la violence les courants
de magie, qui se déchainaient autours d'eux. Les rôdeurs purent profiter de cet avantage, et porter de nombreux coups critiques aux prêtres, affaiblissant considérablement le reste de l'armée élyséenne.
Une bourrasque plus brutale que les autres emporta quelques combattants dans un ravin. Les autres avaient
pu s'enraciner, planter leur arme dans le sol, ou dans les entrailles d'un ennemi imposant.
Au fur et à mesure, que les asmodiens tombaient, la tempête s'apaisait.

j'avais mis bâton pour les prêtres, les ennemis ne se font pas tous emporter ^^.
c'est vrai qu'on ne voyait pas trop la force de frappe des rôdeurs, c'est un peu mieux là ?
Revenir en haut Aller en bas
kazer

avatar

Messages : 296
Réputation : 2
Date d'inscription : 30/07/2010
Age : 27
Localisation : Saint Nazaire

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mer 11 Aoû - 10:43

Citation :
Chose très importante: quelque chose qui n'existe
pas ne porte pas de nom. ce que je veux dire c'est qu'il ne me
viendrais pas à l'idée de m'appeler Baruckporof si j'en suis le seul
représentant que je connaisse, toute fois je m'appel Alsacien car j'ai
grandit au milieu d'autres alsacien que je connais. donc, pourquoi les
shinigamis porteraient ce nom si il n'existent qu'aux yeux d'eux même?
(je sais, Baruckporof n'est pas du tout inspiré, mais il fallait que
j'invente un mot ^^')
* les shinigamis existent aux yeux d'Aion. Où veux tu en venir ?


ce que je veux dire c'est que dans le monde des mortel et des daeva, ils n'existent pas. on est pas dans le cas de la CIA ou du KGB dont on connait l'existence. Si demain on rencontrait un shinigami dans la rue, s'appellerait-il ainsi? ce donnerait-il un nom lui même? je pense qu'on l'appellerais plutôt fou, alors pourquoi s'embêterait-il a porter un nom qui n'a de signification que pour lui même?
Dans une société, chaque nom, chaque mot a une signification aux yeux des autres. des fois, on donne même plusieurs noms a une même chose (désolé mais le seul exemple qui me vient a l'esprit et branlette et masturbation, qui sont la même chose, sinon ce serait pire encore, je vous laisse imaginer) donc, si lui n'existe pas au yeux des autres, il n'a pas besoin de nom. Si on serait japonais, ça passerais car shiin-mort et kami-dieu (le dieu qui apporte la mort), mais en français, shinigami ne veut absolument rien dire, c'est un nom, pas un mot. C'est pour éviter cet illogisme que je préfère ne pas les nommer de suite ainsi car ce serait comme si je m'autoproclamais Baruckporof, ça sert a rien, personne voit ce que ça peut être et sa n'a aucune signification.


je vais te donner un autre exemple: Ichigo, héros de bleach
son nom ne veux rien dire pour nous, il pourrait s'appeler Bertrand que ça changerais pas grand chose.
seulement, si on serait japonnais, on comprendrais: ichi = marcher et shigo = après la mort, donc le nom prend tout son sens: celui qui marche après la mort, sur le chemin de la mort, ce qui donne tout de suite un coté plus héroïque au nom. mais encore une fois, en français, c'est un nom qui ne signifie rien, on ce contente de reconnaitre l'origine asiatique du nom.
Revenir en haut Aller en bas
Haribo

avatar

Messages : 157
Réputation : 0
Date d'inscription : 20/07/2010
Age : 28
Localisation : Seine et Marne

MessageSujet: Re: BG de la légion   Mer 11 Aoû - 13:54

Je ne trouve plus rien à ajouter ou à modifier Malice, c'est super comme ça.

Kazer, je ne sais pas si tu as lu ce que je disais un peu plus haut. Pour moi, les shinigamis savent qu'ils se nomment "Shinigami" de la même façon qu'ils apprennent les rites ect: dans leurs rêve. Aion, ou ses messagers puisqu'on ne sait pas exactement qui les forme, leur apprend qui ils sont: des Shinigamis, messagers de la mort, qui viennent rendre les âmes dont l'heure est venue à notre Dieu Aion. Ceci est ancré en eux de la même façon que le reste.
Après c'est à toi de voir, tu est l'auteur de ce BG, Malice et moi-même essayons de t'apporter notre aide =).
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BG de la légion   

Revenir en haut Aller en bas
 
BG de la légion
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» YGO : Structure Deck Légion Dragunité
» Une petite star dans la région :)
» départ de la région
» Newbie et seul dans une région délaissée
» Recrutement joueur pour inter région 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinigami :: Les Archives :: La Bibliothèque :: La Zone D'Etude-
Sauter vers: